Associations

Le COMESA œuvre en faveur des PME

COMESA
Photo : ICTSD

Plus d’engagements en faveur des micros et petites entreprises dans le but de créer un marché plus compétitif, c’est ce qui est ressorti lors de la Communauté des Affaires du marché commun de l’Afrique Orientale et Centrale (COMESA), qui s’est tenue les 12 et 13 octobre à Ivato.

 

Pendant ces deux jours, plus de 200 délégations issues du secteur privé et public ont débattu sur le sujet afin de trouver des solutions stratégiques et des actions qui abordent directement les questions concernant la capacité technique, l’accès aux marchés et la compétitivité des petites et moyennes entreprises.

Dans sa déclaration lors de cette réunion annuelle, la communauté des affaires de la « région » a confirmé  la décision prise durant le 9e Forum d’affaires du COMESA en 2014, qui avait alors mis l’accent sur l’utilité de consolider la compétitivité de l’industrie  avec l’aide de petites et moyennes entreprises dans les grandes chaînes d’approvisionnement et de valeur en Afrique.

Suite à cette résolution, elle a invité les États membres à soutenir les micros et petites entreprises dans leur certification, afin de combler le manque qui existe dans l’accès aux marchés, en raison des limitations au niveau de la satisfaction des exigences standard des compagnies d’acheteurs.

 

COMESA

 

 

Une baisse dans les échanges

Avec ses 500 millions de consommateurs pour un produit intérieur brut (PIB) de 650 millions de dollars américains, les petites et moyennes entreprises représentent une grande capacité pour les entrepreneurs malgaches mais aussi les États membres.

Malgré tous les traités commerciaux qui ont été conclus entre les États membres du COMESA, le Burundi, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, la Libye, Madagascar, le Malawi, l’île Maurice, le Rwanda, les Seychelles, le Soudan, le Soudan du Sud, le Swaziland, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe, il n’y a jusqu’à présent pas eu de grand développement dans ce secteur.

Quelques chiffres

Pour résumer la situation, les exportations entre les pays adhérents sont estimées à 10,6 milliards de dollars en 2012, et ont enregistré une baisse subséquente de 2,4 milliards de dollars, pour atteindre 8,2 milliards de dollars en 2015. Ce, alors que les importations depuis les autres pays se chiffrent à 183 milliards de dollars en 2015 et 73 milliards de dollars pour les importations.

La solution

Afin de renverser la tendance, il serait judicieux de renforcer certains points dans les échanges intra-régionaux. C’est pour cette raison que la communauté des affaires du COMESA invite les États membres à consolider les systèmes de conformité d’accès aux marchés au niveau national par la création ou la mise à niveau des laboratoires nationaux et régionaux existants, et en investissant dans les compétences et le développement des capacités techniques.

 

Le COMESA

Le Marché commun de l`Afrique orientale et australe (COMESA) est une organisation internationale à vocation régionale de l’Est africain, dont 19 Etats sont membres. Cette zone regroupe une population totale de 340 millions d’habitants. Parmi ces 19 pays membres du COMESA, seulement 14 ont adhéré à la Zone de Libre Echange (ZLE) : le Burundi, les Comores, Djibouti, l’Egypte, le Kenya, la Libye, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Rwanda, le Soudan, la Zambie, le Zimbabwe et l’Ouganda.

Source : L’express Madagascar

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

REJOINS-NOUS !

 
Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur des TIC à Maurice et dans l'Océan Indien : les dernières news, des avis, des bons plans, les événements...

Tu recevras chaque semaine les meilleurs articles !