Tendances

Les métiers du digital en 2016

Les métiers du digital en 2016
Photo : Hippo

L’Interactive Advertising Bureau (IAB) France vient de présenter sa deuxième étude sur les “métiers et compétences du marketing et de la communication dans un contexte de transition digitale”, étude qu’elle avait présentée l’année dernière durant les Microsoft TechDays. Réalisée par Added Value, sponsorisée par Microsoft, le Groupe La Poste, Horyzon Media & Aquent, cette étude avait été conduite afin d’analyser l’évolution des professions du digital.

 

C’est ainsi que l’étude de l’année dernière avait permis de classer les métiers du numérique dans plusieurs « cases », notamment les métiers plus ou moins spécifiques, plus ou moins résiduels, dominants ou émergents. Parmi les métiers dominants, on retrouve les professions de SEO, community manager, data analyst/scientist, web designer, intégrateur, yield optimize. Chose intéressante, certains métiers sont entre les dominants et les émergents : c’est le cas du traffic manager et du content manager. Finalement, les métiers les plus innovants sont Chief Data Officer (CDO) ou encore UX Designer.

 

Un changement majeur s’annonce

Cette année, l’IAB remet cela et vient confirmer que les spécificités du marketing digital enregistrées en 2015 s’affinent de plus en plus. Au cours de l’évolution des métiers du marketing digital un énorme changement des métiers a été enregistré.  Les experts qui exercent dans ce secteur et les recruteurs peuvent le confirmer, une transition s’opère et on passe peu à peu d’une ère des métiers cloisonnés, aux compétences liées. Finalement, il commence à devenir difficile de dresser une cartographie précise des métiers exercés. Au début du marketing digital, chacun avait un profil spécifique, un travail propre à lui. Depuis, les spécialisations ont noté que les profils tendent à devenir de plus en plus plurivalents et hybrides. Ce qui fait qu’à présent, les recruteurs traquent les profils capables de porter différents chapeaux et qui ne se limitent pas à un seul rôle.

 

Métiers du digital en 2016

Graduellement, certains métiers disparaissent pour laisser la place à des métiers plus spécialisés tels que le webmastering. D’un autre côté, l’UX designer, le traffic manager, le content manager, le trader, le CDO et le responsable marketing digital ne sont plus considérés comme émergents, ils sont devenus dominants. En parallèle, les SEO/SMO, responsables e-réputation, les développeurs et les intégrateurs commencent peu à peu à mieux définir leur spécialisation.

 

Les nouveaux métiers du marketing digital

Finalement l’IAB identifie 10 nouveaux métiers dans l’univers du marketing digital pour l’année 2016. Le chief creative officer, le creative technologist, le directeur omnicanal, le responsable de la stratégie digitale, le growth hacker, le responsable de l’innovation, le CX designer, les spécialistes de l’intelligence artificielle, de l’internet des objets ou encore du Machine Learning, le producteur de contenu et le product owner ont donc de beaux jours devant eux ! Les deux derniers cités sont à la frontière des métiers dominants. Combinés aux métiers déjà présents dans la classification de l’IAB, on obtient cette cartographie des métiers du marketing digital en 2016

métiers du digital en 2016

10 métiers qui sont amenés à continuer d’exister

L’IAB identifie 10 métiers qui sont amenés à demeurer sur le web : le data scientist, le chef de projet web mobile, le chef de projet e-CRM, le responsable de la stratégie mobile, le directeur marketing digital, le chargé de communication web, le consultant web analytique, le community manager, le consultant e-réputation et le chef de projet technique web.

 

Les compétences du marketing digital

Pour cette anneé, le digital requiert des aptitudes particulières : l’analyse, la technique, la créativité, la compétence interface consommateurs et managériale ou organisationnelle, sont autant de must pour les professionnels.

Par ailleurs, certains métiers demandent une plus grande connaissance technique, d’autres des connaissances transverses et managériales. Globalement, on demande aux experts du web de conduire des projets, d’activer des leviers ROIstes, d’être capables de manipuler des outils d’analyse et d’administrer des bases de données, et enfin de n’avoir aucune barrière face à l’utilisation des réseaux sociaux. La gestion de projet devient une nécessité, de même que l’automatisation du marketing et la connaissance des méthodes UX, contrairement à la capacité de mettre en place et gérer une ‘Data Management Platform’ (DMP) qui perd de l’importance.

 

Des formations continues

Les métiers du web sont évolutifs, ce qui fait que les formations doivent être une priorité pour les sociétés. De ce fait, par rapport au travail qu’ils exercent, les professionels vont devoir opter pour des modules de formation dont la durée est variable.

Pour terminer, l’IAB fait ressortir que pour certains métiers du digital (community manager, commercial digital, content manager, chargé de communication, consultant en e-réputation, chargé de SEO, responsable d’affiliation, UX designer ou encore intégrateur web), l’expérience prend le dessus sur la formation.

Source : Blog du modérateur

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

REJOINS-NOUS !

 
Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur des TIC à Maurice et dans l'Océan Indien : les dernières news, des avis, des bons plans, les événements...

Tu recevras chaque semaine les meilleurs articles !