Rubriques

Portrait du deuxième contributeur au code source Linux en Afrique

Linux

Pour des raisons évidentes, Codarren, 26 ans, n’accorde que quelques heures quotidiennement à l’amélioration de Linux. Pourtant, cette dévotion lui a permis de s’élever au rang de deuxième contributeur au code source Linux en Afrique. Découverte.

Codarren, tu es Advanced Skills Specialist à plein temps, et tu profites de tes heures creuses pour contribuer au développement et à l’évolution du système d’exploitation open source GNU/Linux. Peux-tu nous en dire plus sur ce hobby ?

C’est mon frère qui m’a initié à ce monde auquel je me suis vite intéressé.

Le système d’exploitation GNU/Linux présente certains avantages par rapport aux autres systèmes d’exploitation (SE) classiques. Aucun SE n’est parfait. Par exemple, dans le cas de Windows 7, 8 et 10, les failles de sécurité sont chose commune car ce sont les SE les plus populaires parmi les utilisateurs. De ce fait, quand les failles de sécurité sont détectées, elles sont rapportées à l’équipe de développement de Microsoft afin d’être corrigées. Parfois, il y a tellement de failles dans le code que le développement d’un correctif peut prendre des semaines, voire des mois. L’équipe de sécurité de Microsoft n’est composée que de quelques ingénieurs : faire face à la demande est particulièrement chronophage.

Sur GNU/Linux, les failles sont rapidement corrigées par des gens comme toi et moi. Nous sommes des millions à travers le monde et la communauté ne fait que grandir.

Nous n’avons pas à attendre que les ingénieurs de Microsoft daignent accepter qu’il s’agit d’une faille avérée, et veuillent bien développer un correctif en vue de protéger les utilisateurs contre celle-ci. Pour nous, les utilisateurs et développeurs de GNU/Linux, toute faille du système est traitée avec la plus grande urgence, aucune n’est tolérée. Le système est patché en quelques heures.

C’est donc une fierté pour moi d’appartenir à cette communauté libérale qui offre une chance à tout le monde d’accomplir quelque chose de positif.

 

Quelles sont tes formations et tes compétences d’un point de vue général ?

J’ai suivi une formation d’ingénieur à l’Université de Technologie de Maurice (UTM) et je suis titulaire d’une licence en Informatique et Sécurité réseaux (BSc – Computer Science and Network Security). Par ailleurs, je suis spécialisé dans le domaine de la technologie du Cloud Computing.

 

Peux-tu nous expliquer brièvement ce qu’est Linux et son utilité ?

GNU/Linux est un système d’exploitation libre utilisé par des millions et des millions de personnes et sur des millions de serveurs à travers le monde. Le système d’exploitation nous permet de faire tourner nos applications/logiciels tels que les navigateurs (Chrome, Firefox etc.) ou notre client mail (Outlook sur Windows, Mutt/Evolution et autres sur Linux). Linux est utilisé principalement dans le monde des serveurs et sur les smartphones ! Les utilisateurs ont des attentes particulières vis-à-vis de leur portable : au minima, pouvoir émettre des appels et envoyer des SMS lorsqu’ils le souhaitent. Pour qu’un SE puisse tourner sans interruption, il ne peut pas être vulnérable à toutes sortes de failles de sécurité, virus et autre mauvaise gestion de la mémoire.

 

En quoi ce que tu fais est-il utile/bénéfique pour le développement de Linux ?

Ma contribution est une extension à Linux, permettant au noyau Linux lui-même de supporter une technologie de sécurité plus fiable que la technologie utilisée par défaut sur le SE. D’un point de vue global, cela permettra aux entreprises d’adopter une des deux technologies (OpenSSL ou LibreSSL). En gros, la diversification des technologies pour une meilleure sécurité du noyau Linux.

 

Combien de temps consacres-tu à cette activité ? Cela peut-il se compter en heures, en jours par mois par exemple ?

Une à deux heures par jour en moyenne. Je suis loin d’être un expert et j’apprends de nouvelles choses tous les jours !

 

Aurais-tu pu t’y consacrer plus longuement ? Peut-être est-ce ce que tu envisages pour l’avenir ?

C’est une question intéressante ! Je ne suis pas payé pour écrire du code sur le SE Linux. Je vois difficilement comment je pourrais survivre. Mais blague à part, c’est vrai que dans la sphère des développeurs, on rencontre des Russes, des Européens qui bossent dans des firmes internationales telles que HP, Cisco, Intel, Dell, Red Hat, entre autres. Et je dois avouer que certaines personnes m’ont proposé de rejoindre leur entreprise en me vantant tous les avantages que j’aurais en les rejoignant. Je prends leurs offres en considération, mais en y repensant, beaucoup de ressortissants étrangers, d’expats, paient gros pour pouvoir venir s’installer sur notre île paradisiaque. Et je dois avouer que j’aime bien ma vie sur ma petite île !

 

Connais-tu d’autres personnes qui font la même chose que toi ? Y a-t-il une petite communauté Linux à Maurice (utilisateurs, développeurs) ?

Je fais partie d’un petit groupe de développeurs répondant au nom de Hackers.mu. Un hacker de par sa définition initiale est un informaticien qui crée, analyse et modifie des programmes informatiques pour améliorer ou apporter de nouvelles fonctionnalités qui faciliteront la tâche de l’utilisateur. Et nos membres ont fait un audit de sécurité pour l’ICAC à l’île Maurice.

 

Que conseillerais-tu aux développeurs qui souhaitent se lancer dans la contribution aux logiciels et systèmes d’exploitation open source (Linux ou autre) ?

N’ayez pas peur. Lancez-vous. Si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais à côté de quoi vous passez peut-être. Qui sait, dans un proche avenir, vous pourriez vous retrouver parmi l’équipe de Hackers.mu !

 

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

REJOINS-NOUS !

 
Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur des TIC à Maurice et dans l'Océan Indien : les dernières news, des avis, des bons plans, les événements...

Tu recevras chaque semaine les meilleurs articles !