Rubriques

Portrait d’une Rédactrice Web

Schéhérazade Deedarun

Schéhérazade, 24 ans, s’est installée à l’Ile Maurice en 2009 et a atterri dans le web après un bref passage dans la presse. Rencontre avec une rédactrice de contenu passionnée par son métier.

Parle-nous brièvement de ton parcours, de ta découverte des métiers du web…

Quand je suis arrivée à l’île Maurice, je n’avais absolument aucune idée de ce qui pouvait se cacher derrière un site internet. Pour moi, on te donnait une plateforme et tu ajoutais du contenu, tu jouais avec des palettes de couleurs et c’était à peu près tout… Je suis de la génération Skyblog, un peu naïve !

Puis, j’ai commencé à travailler dans une boîte de communication digitale. J’ai alors appris ce que signifiait le back office, le référencement, les mots clés, le Search Engine Optimization (SEO), le Search Engine Marketing (SEM), la Search Engine Results Page (SERP), le netlinking… En somme, tout ce qui rend visible ton site sur les moteurs de recherche. C’est là que j’ai pris goût à la rédaction de contenu pour le web.

 

En quoi consiste le métier de rédactrice web ?

La rédaction web, que certains appellent aussi le « journalisme web », consiste à écrire des articles de contenu ou d’actualité, en fonction d’un certain nombre de paramètres : la cible visée (lecteurs, âge, pays, etc.), les règles de référencement pour rendre visibles ces textes sur les moteurs de recherche, entre autres. Tous ces critères sont assimilés grâce à une formation, en général. Ces textes sont ensuite postés sur des sites ou des blogs.

Il y a un vrai travail de recherche derrière tout cela. On ne se contente pas d’écrire ce qui nous passe par la tête. D’où, je pense, l’appellation « journalisme web » utilisée par certains.

 

Pourquoi avoir choisi la rédaction web ?

J’ai toujours eu un faible pour l’écriture, même si, en grandissant, je trouve de moins en moins le temps pour écrire. La rédaction web te permet de te cultiver, de découvrir plein de choses, de rester connecté et donc au courant de ce qui se passe autour de toi, dans ton domaine et ailleurs dans le monde. Je voulais donc apporter ma pierre à l’édifice, participer aux infos fournies par, pour et sur la Toile.

 

 

 

Quelle est la différence entre l’écriture pour le web et l’écriture pour les journaux ?

Avant d’atterrir dans le web, j’ai travaillé dans la presse. Il y a beaucoup de différences entre les deux métiers. Au-delà de la dominante rédactionnelle, écrire pour la presse signifie aussi aller sur le terrain, sillonner tout un pays – voire voyager à travers le monde – en permanence pour informer le public de ce même pays, éventuellement la diaspora, et les lecteurs curieux de savoir ce qui se passe à l’international.

Ecrire pour le web n’implique pas forcément d’aller sur le terrain, d’autant plus que les sujets diffèrent de ce que l’on peut retrouver dans un journal ou un magazine classique. La prise de contact, si nécessaire, est simplifiée et plus rapide. Il faut quand même vérifier l’authenticité de ce qu’on lit et de ce qu’on s’apprête à rapporter. Enfin, l’objectif de la rédaction web, en général, est de faire gagner un site en visibilité. En plus des règles rédactionnelles, il y a donc des techniques à maîtriser. Quoi qu’il en soit, je trouve que la rédaction web est un métier plus tranquille.

 

Comment devient-on rédactrice web ?

L’idée est d’avoir une première expérience, et donc d’accéder à une formation, en entreprise. La pratique est, selon moi, le meilleur moyen d’apprendre les bases de la rédaction web. Cependant, je constate que de nombreuses écoles de communication et de journalisme incluent maintenant des modules sur l’écriture et la communication pour le web et sur le référencement dans leurs programmes. Honnêtement, je ne sais pas ce que ça vaut, mais toutes les formations sont bonnes à prendre.

On peut aussi se former en autodidacte : il existe de nombreux sites sur lesquels on peut apprendre ces bases. De toute façon, après avoir reçu une formation, la veille doit continuer et elle ne dépend que du rédacteur ou de l’aspirant rédacteur.

 

Quel est, selon toi, le profil type pour percer dans la rédaction web ?

Ce travail est ouvert aux curieux, amoureux de lecture, d’écriture et de blog. De plus, le rédacteur est à l’aise à l’écrit et n’a pas peur de se détacher de ce qu’il lit, pour le rapporter à sa façon. Il est toutefois prudent et conscient des risques encourus par le plagiat et la désinformation. Ce sont les conditions sine qua non pour exercer ce métier. Autrement, on est dans la passivité, on s’ennuie et on agace le lecteur, ce qui n’est pas le but…

Pour ce qui est des diplômes, je ne vois pas l’intérêt de les mettre en avant pour la rédaction web. Honnêtement, j’ai connu des personnes dont les résultats en français et en anglais étaient jugés « irrecevables » et qui, aujourd’hui, écrivent pour le web des textes fluides et agréables à lire. Tout comme j’ai connu des diplômés qui rédigeaient des textes sans queue ni tête !

 

Y a-t-il des difficultés auxquelles tu fais face dans le cadre de ton travail ?

Certainement ! Je connais mon travail, mais je ne connais pas celui des autres et je dois parfois écrire dessus. Dans l’agence web où je travaille à plein temps, je suis amenée à écrire sur absolument tous les métiers, ça nous tombe dessus un peu au hasard. Un matin, tu arrives et tu es « Gestionnaire de patrimoine immobilier » : c’est la première fois que tu en entends parler et une heure plus tard tu dois, avec ta plume, faire découvrir le métier à des lecteurs. Le lendemain, tu es terrassier, et ainsi de suite… Mais je le prends positivement, ça revient à ce que j’ai dit tout à l’heure, ces découvertes nous poussent à aller toujours plus loin.

Une autre difficulté, cette fois dans le cadre de mon activité de rédactrice en freelance : la concurrence. De plus en plus de personnes dans la région Océan Indien veulent arrondir leurs fins de mois et proposent leurs services dans la rédaction web sans avoir de réelle expérience ou connaissance dans le domaine. Beaucoup sont recrutées non pas pour leurs compétences, mais pour leur (très) faible prix sur le marché… Il devient alors difficile de mettre en avant tes atouts, quoique certaines boîtes aient conscience de l’importance de la qualité pour conserver leur crédibilité. Heureusement ! Autrement, ça aurait été triste pour le métier…

 

Quels sont les avantages offerts par ce métier ?

J’en compte plein ! Dans l’ordre, je dirais : l’enrichissement culturel, personnel et professionnel, le dynamisme, la liberté avec laquelle on peut travailler (recherches, style, etc.), la personnalisation, la reconnaissance par le client et le lectorat pour le travail effectué. Il y en a encore bien d’autres, mais ces avantages sont primordiaux pour mon épanouissement personnel. Ce n’est donc que mon point de vue.

 

Quelles sont les perspectives d’évolution dans ton domaine ?

Un rédacteur web peut rapidement évoluer en netlinkeur, référenceur, chargé de campagne SEM, etc. De nombreux métiers se rapportent à la communication digitale et aux techniques de référencement. La rédaction en fait partie et c’est un très bon point de départ. Avec beaucoup de veille et d’auto-formation, il est aussi possible de se diriger vers une carrière de community manager.

 

 

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

REJOINS-NOUS !

 
Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur des TIC à Maurice et dans l'Océan Indien : les dernières news, des avis, des bons plans, les événements...

Tu recevras chaque semaine les meilleurs articles !