Startups

Rencontre avec Fabien Degieux, entrepreneur numérique engagé

Nous avons rencontré Fabien Degieux, un entrepreneur numérique aux projets éclectiques en quête d’actions qui ont du sens.

 

 

Bonjour Fabien, aujourd’hui, tu te décris comme un entrepreneur numérique. Quel parcours t’a mené vers cette voie ?

Le hasard des rencontres et plus généralement de la vie. Je n’ai pas de formation en développement informatique ni même en commerce, gestion ou tout ce qui ouvre les portes à priori de l’entrepreneuriat. J’ai juste un bac en poche et beaucoup d’enthousiasme !

« J’aime avant tout m’engager continuellement dans de nouvelles aventures, et le secteur du numérique et de l’innovation est celui qui m’apporte le plus. »

 

Tu es le co-créateur et président de l’association webcup depuis sa création en 2009. Peux tu m’expliquer en quoi cela consiste ?

Nous sommes trois amis entrepreneurs à l’origine de l’association : Alan Chakri, Thomas Craipeau et moi-même. Nous souhaitions en premier lieu offrir plus de visibilité aux développeurs web réunionnais au travers d’un concours fun et unique : Webcup – 24H pour développer un site web. Nous avons fédérer une quinzaine d’autres confrères autour du projet qui a pris de l’ampleur au fil des ans pour devenir aujourd’hui une compétition internationale présente sur les 7 îles de l’Océan Indien et donnant lieu à une finale itinérantes en fin d’année.

Ensuite, dès 2011 nous avons souhaité apporter à la Réunion une manifestation orientée entrepreneuriat et innovation, et avons sollicité Startupweekend pour l’organisation de leur manifestation sur l’île, mais avec une particularité unique à l’époque : la rendre accessible à tous les Réunionnais avec un ticket d’entrée à 1€ alors que partout dans le monde le prix peut varier d’une trentaine d’euros à plus de 150 euros pour certains endroits.

 

 

En 2015, nous nous sommes aperçus que nous avions ainsi contribué à notre humble niveau à faire éclore une culture du numérique et de l’innovation, mais qu’en face il y avait peu de gens formés pour intégrer les startups réunionnaises de demain. On a donc décidé d’orienter aussi l’association dans la formation en créant les premiers ateliers coding pour jeunes sur l’île, à partir de 9 ans, ainsi que de mettre en œuvre un Diplôme Universitaire en partenariat avec l’IUT de la Réunion et l’Université. Aujourd’hui, on a initié au code plus de 250 jeunes réunionnais, mais aussi pas moins de 40 séniors au travers d’atelier d’initiation informatique sur tablette tactile.

Il y a énormément d’autres évènements et actions tout au long de l’année, comme la Webcup Junior dans les collèges et lycées, mais si je devais résumer l’association Webcup, je dirais que c’est une association qui fonctionne comme une startup. Aujourd’hui nous avons une équipe de 8 permanents et cherchons continuellement à apporter des actions nouvelles pour faire valoir les valeurs du numérique et de l’entrepreneuriat auprès de tous les publics. D’ailleurs, beaucoup de nouvelles choses vont bientôt voir le jour…

 

Tu as également créé ta startup, All Over App qui s’est hissée parmi les lauréats du concours « DigitAg Challenge » lancé par le ministère de l’Agriculture Français. Ce concours récompense les solutions numériques pour l’agriculture. C’est ton application mobile « Eloléo » qui y a reçu le prix coup de cœur, peux-tu nous en parler ?

La startup All Over App est toute jeune, nous l’avons créée avec Thomas Craipeau, qui est déjà mon associé chez  Outremerveilles [ leur entreprise de développement de sites web à la Réunion spécialisée dans le tourisme local]. Son but est de développer des applications mobiles de circuit ultra court, afin de mettre en relation dans tout type de secteur d’activités des vendeurs et des acheteurs. Une première application a été développée, Use By Now, qui est dédiée à la lutte anti gaspillage et la réduction des déchets en permettant à tout type de commerçant dont des produits vont devoir être jeter (DLC, hygiène ou autre) de pouvoir les vendre rapidement sur l’application aux personnes à proximité. Use By Now est actuellement en test auprès de commerçants partenaires.

 

 

En parallèle, All Over App travaille sur d’autres projets d’application, et lorsque Qualitropic a lancé un appel à projets à la Réunion pour participer au concours national DigitAG Challenge, nous avons décidé d’y proposer une seconde application que nous avions sous le coude : Eloléo qui est quant à elle une application de mise en réseau en circuit ultra court entre les agriculteurs et les consommateurs. Effectivement, le projet a séduit un premier jury à la Réunion qui nous a permis de représenter l’île au concours national et d’y remporter un prix devant un second jury et face à 11 autres startups françaises.

 

 

Quels sont les éléments différenciant de ton projet en comparaison avec les autres solutions existantes ?

Aujourd’hui le circuit court en agriculture est principalement accès sur les paniers de fruits & légumes, comme ceux proposés par la Ruche ou les AMAP. 42% des Français les ont essayé, mais peu au final y ont recoure de manière régulière pour pas mal de raisons principalement d’ordre logistique.

 

 

« Nous souhaitons digitaliser au maximum ce fonctionnement pour lui apporter plus de souplesse, et surtout mettre en avant les produits et les producteurs qui sont derrière en leur offrant un outil pour leur propre communication. D’où cette notion de circuit ultra court propre à notre startup All Over App. »

Tu accordes beaucoup d’importance à ce que tes projets aient une retombée sociale, environnementale et solidaire. Penses-tu que les technologies digitales sont la solution aux problèmes de développement durable ?

Si j’ai bien appris une chose depuis plus de 10 ans de que je travaille dans le numérique, que ce soit au travers de la Webcup ou d’Outremerveilles, c’est que le digital ne peut se passer de l’humain qui doit en rester le centre, le principal sujet à satisfaire. Avec Outremerveilles nous avons contribué à mettre en relation des milliers de touriste et de Réunionnais, avec la Webcup nous avons l’opportunité de mixer tous les secteurs d’activités autour de l’innovation numérique.

 

 

« Cette notion d’échange et de rencontre est la pièce maitresse d’All Over App qu’on pourrait résumer comme notre trait d’union phygital  : favoriser la rencontre physique au travers du digital. »

Après en qui concerne le développement durable, nous sommes tout simplement beaucoup plus motivés sur ce type de projet, comme n’importe quel autre entrepreneur un tant soit peu « humain ». D’ailleurs, je ne pense pas que ce soit le digital qui soit la solution au développement durable, mais bel et bien les hommes et les femmes qui sont derrière, cette nouvelle génération de startupeurs aux quatre coins du monde. Des initiatives fabuleuses voient le jour un peu partout, notamment en Afrique. Nous aimerions simplement apporter notre pierre à l’édifice de la construction d’une économie circulaire à l’échelle mondiale.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !