Startups

Startn’ Run nous ouvre ses portes

Startn' Run
Photo: président de l'association Start'n Run. Voluer Rémi

Startn’ Run est une association réunionnaise dédiée aux startups et startuppers. Zoom sur l’équipe et le concept.

Pour commencer, pouvez-vous nous présenter votre association ?

En août 2015, nous avons commencé à nous réunir entre startuppers de manière informelle. C’était, pour la plupart, la première fois que nous nous rencontrions. Nous avons alors pris conscience de notre isolement, des difficultés critiques et systémiques, de l’absence d’un certain nombre d’infrastructures essentielles dans notre écosystème. Nous avons réfléchi au moyen d’agir sur ces difficultés et décidé, en novembre 2015, de créer l’Association Startn’ Run, avec 3 co-fondateurs : Anne-Laure Payet – BeamJobs, Mathieu Fontaine – Propulse et  Julien Eyraud – In My Sphere. Aujourd’hui, nous sommes près de 80 membres, 2/3 de Startups et 1/3 d’entrepreneur en lancement de projet

Nous supposons que la mise sur pied d’un tel projet n’a pas été facile. Quelles ont été les principales difficultés que vous avez encourues ?

Principalement des incompréhensions liées pour partie à la méconnaissance de nos problématiques, pour une autre partie à l’inertie des institutions.

Nous avons eu deux remarques assez récurrentes :

« A quoi ça sert : il existe déjà 20, 30 structures dédiées à l’innovation à La Réunion ! »

Le constat est vrai, MAIS il n’existe pas d’espaces de travail collaboratif, d’incubateur ou d’accélérateur « physique », de Business Angels structurés ou de fond d’amorçage, d’événements réguliers et fédérateurs, de solutions à l’export ou à nos limites technologiques. 80% des projets ne bénéficient pas des dispositifs d’accompagnement et restent isolées.

« Il n’y a pas de startups à La Réunion, la preuve, on n’en entend jamais parler. »

On voyait peu les startups dans les média locaux il y a un an. Nous en avons identifié 200, dont plusieurs dizaines avec une visibilité et un marché international.

Sur ce point, les choses ont heureusement changé très vite et de manière vraiment positive. 

Qu’est ce qui a motivé la création cette association ?

Nous sommes tous des chefs d’entreprise. Face à une difficulté, nous avons envisagé les différentes possibilités et pris nos responsabilités. L’association est un outil, à la fois pour faire les choses , telles qu’organiser des événements, piloter des projets, et pour faire émerger des initiatives collaboratives. Startn’ Run était indispensable pour porter nos revendications auprès des acteurs publics. En étant une institution représentative, nous devenons légitimes dans le débat, nous pouvons aussi plus facilement fédérer nos forces, travailler ensemble ou créer des outils qui répondent à des besoins communs.

Quels sont les objectifs de Startn’ Run ?

Répondre à nos problématiques quotidiennes, faciliter le développement de nos membres, et créer un éco-système compétitif pour les prochaines générations.

Startn' Run

Quels sont les projets en construction de la Startn’ Run?

Les projets de l’association visent à répondre directement à nos problèmes.

Startn’ Run est organisé en Groupes de Travail, constitué de 4 à 10 membres actifs qui définissent les stratégies et montent les projets :

– Locaux : mise en place d’un réseau de tiers-lieu et d’espaces de travail collaboratifs à même d’accueillir les 200 startups et 2 000 professions libérales associées à nos métiers, qui aujourd’hui sont toutes isolées.

– Financement : construire un dispositif de financement en amorçage (100/200k€), à même de suivre 50 startups en création chaque année. Pour cela, nous souhaitons nous appuyer sur les entrepreneurs locaux, leur donner la culture des Business Angels, et les aider à structurer dans un dispositif adéquat.

 – Accompagnement : proposer un accompagnement personnalisé, dans la durée, aux entrepreneurs innovants. 100 à 200 entreprises sont concernées chaque année. Nous travaillons dans une logique de mentorat et d’aiguillage vers les ressources nombreuses déjà disponibles sur le territoire.

 – Evénements : créer une offre globale d’événements diversifiés, avec des formats qui n’existent pas encore (AdopteUneStartup), ou en fédérant les événements existants et similaires pour augmenter leur taille critique et leur impact.

 – International : optimiser ensemble nos capacités de projection sur le marché francophone (et les autres). Renforcer la coopération avec nos cousins de Maurice, de Madagascar et de Mayotte. Apprendre à mieux se connaître et travailler ensemble. Eux comme nous sommes enthousiastes à cette idée, il faut le faire !

– Communication : développer la visibilités des startups dans les médias locaux et internationaux. Relayer les informations, à travers une veille régulière de l’actualité de notre écosystème.

Etre entrepreneur n’est pas chose facile : quelles sont les difficultés qu’encourent les entrepreneurs à l’île de la Réunion?

La culture ne favorise pas la prise de risque. Si vous avez une idée originale, nouvelle, sans support financier pour faire « la preuve du concept », vous serez seul. La plus grande difficulté est donc, à mon sens, l’essoufflement par manque de ressources, la plupart des projets innovants nécessitent des investissement, des compétences multiples, de la R&D, du matériel, mais on ne peut pas tout faire tout seul et sans argent ! Les dispositifs d’émergence fonctionnent bien mais ont été conçus il y a longtemps, or le nombre de projet a explosé ! 90% ne sont pas ou peu soutenus. Startn’run vise à rompre cet isolement pour nous renforcer. Nous croyons beaucoup aux synergies entre nous : des projets fusionnent, regroupent leur R&D ou leur offre commerciale, se partagent des experts, etc.

Pourriez-vous nous parler des projets auxquels vous avez donné un coup de pouce jusqu’à présent ?

Le principal a été AdopteUneStartup #1, qui s’est tenu le 1er mars. L’idée était de regrouper une dizaine de startups, avec des projets déja bien avancés, prototypés voire déjà commercialisés, et de les présenter à une dizaine d’investisseurs potentiels. Chaque startup pitche 3 minutes, les investisseurs choisissent 5 projets avec lesquels ils peuvent interagir, puis tout le monde se rencontre. L’événement a rassemblé 280 personnes : près de 100 startups et entrepreneurs innovants, 80 investisseurs, et 100 acteurs institutionnels et privés de l’écosystème. 47 startups ont participé à la sélection, 20 ont pitché, c’était pour la plupart leur premier pitch en public. Pour les VC, c’était la première fois qu’ils voyaient 20 pitchs en une soirée. AdopteUneStartup nous a montré que nous avions notre place, et que nous pouvions réaliser de belles choses ensemble.

Pour conclure, comment envisagez-vous la suite pour Startn’ Run ?

L’association est très jeune, elle doit se structurer, faire ses preuves, et trouver des ressources. Le bénévolat aura forcément ses limites, mais il nous reste à trouver un modèle économique ! J’espère que nous saurons capitaliser sur l’énergie et la motivation des débuts, pour construire un outil pérenne en mesure de porter les projets et d’atteindre son objectif. A court-terme, nous devons tester des solutions simples et pratiques, obtenir des résultats, et s’appuyer dessus pour convaincre les partenaires qui nous aideront à avancer.

Startn' Run

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

REJOINS-NOUS !

 
Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur des TIC à Maurice et dans l'Océan Indien : les dernières news, des avis, des bons plans, les événements...

Tu recevras chaque semaine les meilleurs articles !