A la Une

Trouver son idée de startup avec la matrice d’idées

Il n’est pas très difficile de trouver des idées, on en a tous les jours, mais rares sont les idées que l’on exécute. Alors que c’est pourtant ce qui compte le plus au final. Avoir des idées reste cependant important car c’est le point de départ de n’importe quelle startup. Alors comment faire pour générer de nouveaux concepts? Et si la matrice pour trouver son idée de startup était la solution?

 

 

La Matrice d’idées de startup

Il existe de nombreuses façons de découvrir les besoins et de générer des idées, mais l’un des principaux défis est de considérer l’idée dans le contexte d’une industrie ou d’une catégorie. Planifier et visualiser les idées et les tactiques de démarrage dans différentes industries facilite l’identification d’une idée qui peut générer un business model innovant. C’est à partir de cette réflexion que Chris Dixon a développé la matrice de départ pour startup.

Cet outil stratégique a été popularisé par Eric Stromberg (co-fondateur de « Oyster » et qui travaille maintenant chez Google), qui a eu l’idée de développer une matrice de départ pour startup. À noter qu’Eric Stromberg a tout d’abord développé la matrice en se basant sur toutes les idées de startup B to C. Ainsi, il les a classé dans 40 secteurs et les a croisés avec 28 critères. Faisant suite à une demande accrue sur la plateforme Medium pour une version B to B, Eric a publié une version adaptée « The Startup Idea Matrix – B to B Edition » pour satisfaire cette audience. La matrice d’idées de startup permet de :

  • Trouver des idées de business innovants,
  • Confirmer que l’idée identifiée n’a pas déjà été mise en œuvre par une autre startup,
  • S’ouvrir à d’autres opportunités.

 

  

 

Faire preuve de créativité

Avoir un outil stratégique comme la matrice d’idées de startup peut orienter la réflexion des startupers. Faire co-exister des éléments contradictoires au sein d’un business model peut générer des opportunités intéressantes.

« Rien n’est plus rapproché que deux extrêmes » – Albert Ena Caron.

Beaucoup de startupers organisent des sessions de brainstorming avec leurs équipes afin de donner un espace créatif aux idées les plus ambitieuses. Nous avons d’ailleurs déjà rédigé un article sur le parallèle entre les artistes et entrepreneurs, ou comment l’utilisation des arts leur permettent d’innover. Une session de brainstorming et l’utilisation d’une matrice d’idées de startup par la suite peuvent aider les startupers à savoir si leurs idées ont déjà été mises en œuvre par d’autres entreprises.

 

 

La matrice d’idée de startup : identifier la concurrence

La matrice d’idée de startup est un outil analytique qui permet aussi de constater le degré de compétition dans un secteur ou une industrie avant de se lancer. Avoir de la compétition n’est pas forcément un mauvais signe, car, au contraire, cela indique qu’il y a un marché à prendre.
Le « first mover advantage » développé par Roger A. Kerin, Robert A. Peterson et Rajan Varadarajan en 1992, est l’idée selon laquelle celui qui « entre le premier sur un marché avec des moyens significatifs et une offre nouvelle possèdera un avantage indiscutable sur ses successeurs ». Cependant, il est souvent difficile pour la startup qui développe une solution innovante de récolter les bénéfices de son labeur.

La startup innovante a des challenges à relever :

  • De par la nature innovante des solutions proposées, la startup doit convaincre les acheteurs qu’elle fournit une proposition de valeur pertinente,
  • Avoir des ressources conséquentes afin de se faire connaitre,
  • Monitoring des concurrents qui analyse les stratégies déployées par le « first mover ».

Beaucoup de sociétés de l’ère dotcom ont échoué en pensant que le « first mover advantage » était LA stratégie gagnante. C’est ainsi que le « second mover advantage » fit son apparition. Ce phénomène se produit lorsqu’une entreprise entre en concurrence directe avec la startup innovante et arrive à capturer une plus grande part de marché, malgré son entrée tardive. Amazon par exemple, est un « second mover » au succès fulgurant. Le premier « bookstore » en ligne, Books Stacks Unlimited, fut lancé en 1991 par Charles M. Stack. Ce n’est qu’en 1994 que Jeff Bezos a fondé Amazon, suivi par le site web en 1995. Jeff Bezos a observé les tendances d’achats en ligne grâce à Books.com, les forces et les faiblesses de son concurrent, avant de créer son propre « bookstore » en ligne, qui est aujourd’hui la référence mondiale.

 

 

Matrice d’idées de startup : Maurice

L’écosystème digital se construit progressivement à Maurice. Avec internet et les réseaux sociaux, il n’est pas difficile d’identifier les startups et les autres acteurs du marché qui peuvent être benchmarker au sein d’une matrice d’idées de startup. En tenant compte des ressources à leur disposition, les startups mauriciennes doivent faire la part des choses entre le « first mover » et le « second mover », une réflexion stratégique clé à ce stage. Une stratégie hybride qui favoriserait une innovation par itération peut aussi être considérée. En effet, avec la transition digitale qui s’opère au sein des sociétés mauriciennes se positionnant sur les opportunités du numérique, il est crucial de pouvoir proposer des solutions au bon moment et répondant à un besoin actuel.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top