Associations

Yan Mayer sacré entrepreneur de l’année par l’IBL Tecoma Award 2017

Jeudi 15 juin dernier, s’est tenue la cérémonie du IBL Tecoma Award 2017 au Conventional Centre de Trianon. Le Tecoma Award a, rappelons-le, pour vocation de récompenser l’entrepreneur de l’année sur une sélection de différents critères : la progression, l’innovation, le dynamisme à l’extérieur et l’engagement citoyen. Cette année, le grand gagnant n’est autre que Yan Mayer, entrepreneur souhaitant mener la révolution verte avec son entreprise de fruits et légumes Proxifresh.

 

 

Alain Foulon, Directeur Général de l’Eco Austral a inauguré la soirée par un discours valorisant les entrepreneurs.

« L’entrepreneuriat est le meilleur moyen de dépasser les frontières. C’est aussi une culture que nous souhaitons promouvoir avec notre partenaire IBL durant toute l’année et pas uniquement à travers cet événement. Une culture et un état d’esprit qui peuvent aussi concerner les salariés. On parle de plus en plus d’intrapreneuriat, car un concept que nous voulons promouvoir, de même que le coworking et les incubateurs, pour le plus grand bien de l’économie mauricienne. » a déclaré le Directeur Général du magazine.

 

Alain Foulon, Directeur Général de l’Eco Austral.

 

Yan Mayer entend mener la révolution verte

À la fois producteur et distributeur, il a imposé avec Proxifresh et VegMe un nouveau modèle de consommation des fruits et légumes à Maurice. Et il s’est déployé au Rwanda et en Tanzanie pour exporter davantage en Europe. Yan Mayer est le fondateur de Proxifresh, entreprise spécialisée dans l’import et la distribution de fruits et légumes.

« Favoriser une production agricole qui préserve l’intégrité écologique de la Terre tout en créant un écosystème économique viable, ici et en Afrique, c’est ça mon challenge. » explique le dirigeant.

 

Yan Mayer, lauréat du Tecoma Award 2017.

 

Depuis ses débuts, Proxifresh milite activement pour le développement d’une agriculture saine et respectueuse de l’environnement. L’entreprise soutient d’ailleurs la Mauritian Wildlife Foundation en collectant une roupie par unité vendue sur une sélection de produits et en reversant la totalité pour le programme de sauvegarde des plantes endémiques.

Aujourd’hui, l’entreprise présente un chiffre d’affaires annuel de 120 millions de roupies, une progression impressionnante depuis la création de l’entreprise en 2010 avec seulement 100 000 roupies en poche.

« Je suis très heureux et très emu. La différence est de faire les choses différemment et de toujours innover, être actif et dynamique. Le plus important est la passion et aussi de trouver le bienfait pour les consommateurs mauriciens », a déclaré le lauréat 2017 après la remise des prix.

 

Organisation de l’élection du lauréat

Un dossier sur chaque nominé a été envoyé en amont aux membres du jury. Le jury, établi à la Réunion a délibéré et a finalisé son vote qui a compté pour 50 % dans le classement final. L’Institut de sondage KANTAR TNS et L’Eco austral ont été présents comme facilitateurs lors des délibérations. Parallèlement, KANTAR TNS, également partenaire de l’événement, a effectué un sondage auprès d’un minimum de 200 dirigeants d’entreprises mauriciennes. Les votes du sondage ont compté pour les 50 % restant dans le classement final.

Les membres du jury 2017 étaient :

  • Président : Frédéric Narassiguin – L’Entrepreneur de l’Année de 2016 à La Réunion
  • Luis Vieira : Havas
  • Patrick Harrau : Labopix
  • Bernard Vitry : Cepac – Caisse d’épargne
  • Sébastien Commins : Orange
  • Patrick Cuvelier : Orange

 

 

Les critères de sélection des nominés 

  • La progression : en termes de chiffres d’affaires et/ou en termes de résultat net. La rédaction de L’Eco austral analyse les informations économiques collectées durant l’année écoulée afin de repérer les entreprises qui ont progressé en prenant des parts sur leur marché ou en s’attaquant à de nouveaux marchés.
  • L’innovation : à travers de nouveaux produits et/ou services, ou bien à travers une nouvelle approche marketing.
  • Le dynamisme à l’extérieur : un développement à l’export, qui se traduit en terme de chiffres d’affaires, ou simplement une prospection plus importante à l’export. Le terme export est à prendre au sens large ; il peut s’agir de vendre à partir de l’établissement principal ou de s’implanter dans un autre pays.
  • L’engagement personnel citoyen : ce terme est également à prendre dans un sens large. Cela peut être une action humanitaire ou de mécénat, ou bien des efforts de protection et respect de l’environnement (sans que cela soit imposé par la loi) ou bien encore du temps donné à une organisation socioprofessionnelle en vue de défendre des intérêts collectifs.

 

Les 4 autres nominés

Yan Mayer a été choisi parmi cinq nominés dont Gérard Guidi du Centre esthétique de l’océan Indien, Yves Ramloll de Africaplus Direct International, Vincent Rogers de Gaz Carbo et Zulaïka Sunthbocus de Spoon Consulting. Voici une rapide présentation des quatre autres nominés de cette quatorzième édition :

  • Gérard Guidi,  Centre Esthétique de l’océan Indien – Tourisme de Santé. Ce coiffeur de métier, rugbyman dans le corps et entrepreneur dans l’âme, a développé un modèle de centre esthétique qui attire l’attention des professionnels du secteur du monde entier.
  • Yves Ramloll, Africaplus Direct International,  Informatique. Avec son entreprise Africaplus Direct International, il a su séduire le géant américain (de même que Lenovo), devenant son représentant en Afrique et au Moyen-Orient pour les solutions de services sur les principaux systèmes de serveurs.
  • Vincent Rogers, Gaz Carbo, Industrie. Acteur historique et majeur dans la production, l’importation et la distribution de gaz pour l’alimentaire, la santé et l’industrie, Gaz carbo est désormais un groupe diversifié qui gère notamment une pépinière d’entreprises et investit dans les énergies renouvelables.
  • Zulaïka Sunthbocus, Spoon Consulting, TIC. La dernière application réalisée par son entreprise Spoon Consulting est numéro un mondial dans la gestion des images. Sportive passionnée et passionnante, Zulaika Sunthbocus a mis son énergie dans le développement de progiciels et leur exportation.

 

De gauche à droite : Vincent Rogers, Yves Ramolli, Alain Foulon, Gérard Guidi, Zulaïka Sunthbocus, Yan Mayer, Jacques Rombi, et Arnaud Lagesse.

 

 

À propos de l’IBL Tecoma Award

Depuis 2001, L’Eco austral, magazine économique de l’océan Indien, organise l’élection de « l’Entrepreneur de l’année – Tecoma Award » qui a pour but d’honorer les entrepreneurs de Maurice. Également organisé à La Réunion et à Madagascar, l’événement vise à fédérer l’entrepreneuriat dans la zone de l’océan Indien à travers une marque forte et commune « Le Tecoma». Il s’agit avant tout de créer une émulation, de raconter des « success stories » et de contribuer au développement d’une culture de l’entrepreneuriat qui permet à nos îles d’exister encore dans une économie qui se mondialise de plus en plus.

Depuis les lancements de l’élection à La Réunion en 1995 et à Maurice en 2002, ce sont plus de 200 dirigeants d’entreprise, issus de différents secteurs d’activités et de toutes les catégories d’entreprises, qui ont bénéficié des retombées médiatiques positives de l’élection.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top