Startups

Comment ne pas se faire voler son idée de Startup ?

Don’t worry about people stealing your ideas. If your ideas are any good, you’ll have to ram them down people’s throats.Howard H. Aiken

 

Allez-vous vraiment vous faire voler votre idée ?

La plupart des gens ne disposent pas de l’intérêt, du temps, des connaissances, de la passion, ou des compétences nécessaires pour voler vos idées. Pour dire vrai, si votre idée est assez simple pour que quelqu’un puisse la voler et la lancer avant vous, alors cette idée n’était probablement pas si bonne.

Même si personne ne l’a volé avant que vous l’ayez lancé, si votre projet est facile à copier, il sera simplement imité. Rien ne sert de se soucier  de « l’avantage d’être le pionnier »  car cet avantage n’existe pas vraiment (voir l’article pourquoi  les Pionniers ont une flèche dans le dos en anglais) .

Il faut prendre conscience que le succès d’un projet tient avant tout à son exécution. Même si quelqu’un peut facilement voler votre projet, il aura beaucoup plus de difficulté à voler tout le travail et les efforts que vous avez mis dans sa réalisation.

 

Une idée cela ne vaut pas grand chose

Une idée n’a pas de valeur, c’est l’exécution de votre idée qui détient de la valeur. C’est pourquoi Facebook vaut des milliards de dollars (bien que l’évaluation de Facebook est encore un autre débat) et pourquoi dans la myriade des autres réseaux sociaux, beaucoup ne valent rien.

A de rares exceptions près, votre idée existe déjà sous certaines formes. La plupart des idées sont une amélioration ou un regard différent sur quelque chose de pré-existant.  Quelque soit votre idée et ses composants «nouveaux», il y a probablement beaucoup de gens qui pensent comme vous ou presque….

Personne n’à malheureusement le monopole des bonnes idées et ceci est la raison principale pour laquelle les Capital-risqueurs ne signeront jamais un accord de confidentialité (les fameux NDA).

Autre fait intéressant. Bien souvent, les mêmes idées naissent indépendamment et presque en même temps chez plusieurs personnes sans aucune relation et sans aucune raison précise. Certains écrivains/philosophes parlent même d’idéosphère ou de noosphère pour expliquer ce phénomène.

 

La valeur de votre idée, c’est vous

En fait, la composante de votre idée qui la différencie, c’est vous ! Cela ne peut pas être reproduit (en tout cas dans l’état actuel de la science).

Vous et votre équipe, la façon dont vous encadrez un problème, sa solution, la technologie, les ressources que vous apportez, et votre volonté de faire tout ce qu’il faut pour que votre idée marche.

Mon exemple préféré est Google. Lorsque Google a commencé comme un simple moteur de recherche, l’idée de créer un moteur de recherche n’était pas nouvelle. Il y avait de nombreux moteurs de recherche qui ont précédé Google, y compris OpenText, Magellan, Infoseek et Snap. La différence était la façon dont les fondateurs ont envisagés la recherche, leurs compétences et, finalement, leur code. L’idée que Google n’a pas de valeur, mais que l’exécution du projet Google était et reste à l’origine de la valeur du projet.

L’exécution est vraiment tout ce qui compte dans la détermination de la valeur. C’est pourquoi un investisseur (Venture Capitalist) donne aux fondateurs d’un projet la plus grande importance : ils investissent dans des personnes qu’ils croient capables d’exécuter à bien une idée. C’est pourquoi, il y a des idées stupides qui finissent par voir le jour (chatroulette, la recette de salade de patates kickstarté pour 55,000$) et de grandes idées d’affaires qui ne le verront jamais… Mais, il y a aussi des entreprises qui ont des destins différents sous gestion différente (Apple avec Steve Jobs, Apple sans Steve Jobs)

 

Et Facebook alors? Mark Zuckerberg, il a volé l’idée non ?

Voici l’exemple classique qu’on entend à chaque fois et qui est sensé prouver de manière définitive que le fait  de voler une idée peut rendre riche (beau?) et célèbre. Mais quand on y regarde de plus prêt cela n’est pas si simple. Pour citer un article de slate.com paru en 2011  intitulé  » Mark Zuckerberg Invented Facebook » sur le sujet et qui résume bien la chose :

La réponse est simple : Zuckerberg a fait mieux ! Si vous regardez l’ histoire des débuts de Facebook, vous verrez que presque rien n’était une idée nouvelle. Même s’il est vrai que les frères Winklevosses avait un plan pour un réseau social à Harvard, ils ont bien évidemment été inspirés par d’autres sites ; Des sites de type réseau social qui existaient bien avant Facebook (ndrl. myspace).

La valeur réelle de Facebook n’était pas d’être quelque chose de nouveau, mais que le site a fait de quelque chose de vieux, en mieux, plus rapidement, plus jolie , plus utile et plus addictif. La même histoire nous l’avons entendu avant chez d’autre : l’iPod , l’iPhone , l’iPad , Windows et Google entres autres.

Aucun de ces projets n’étaient nés d’une idée nouvelle, mais ce n’est pas pour cela que nous ne devrions pas en penser moins d’eux .

Les idées sont surévaluées !  Dans la technologie, ce qui importe vraiment est l’exécution.

 

Oui mais l’Ile Maurice  c’est différent !

Je vois très bien ce que vous voulez dire. Au fond celui qui vous dérange, c’est lui :

Lui, qui va venir vendre un produit ou service similaire au votre, sans respecter les règles que VOUS vous efforcer   de suivre.

et puis c’est aussi ça qui vous fait douter :

Le fait que de trouver la bonne idée, le bonne endroit, attirera forcément la convoitise de vos compétiteurs.

Au final, ce sera toujours comme ca. Quoi que vous fassiez, il y aura toujours quelqu’un pour penser pouvoir faire mieux que vous en vous imitant. Alors faut-il pour autant avoir peur de se faire voler son idée?

 

NON !

Partager son idée/son projet fait parti d’un processus essentiel de validation; avancer pour se lancer. Donc n’hésiter pas à les valider (« Challenger ») avant de vous lancer. N’ayez pas peur de vous faire copier car cela montre que votre idée, n’est pas si mauvaise. Surtout, différenciez vous dans l’exécution car au final c’est cela qui compte et mettra de la distance avec vos compétiteurs.

Merci à Jochen Kirstätter, S. Moonesamy et aux inconnus qui ont le courage de poser des questions lors des présentations… C’est eux qui, à force de me parler de la perception du vol d’idées, m’ont donné l’envie d’écrire cet article. 

3 Comments

3 Comments

  1. Stephen Naicken

    29 octobre 2015 at 4:47

    Allow me to play devil’s advocate. All of the points you have raised are valid and I agree with them, but will prospective entrepreneurs in Mauritius be more willing to reveal their ideas after having read this article? Perhaps, perhaps not. So the question that interests me is the why. Why do potential Mauritian entrepreneurs not trust potential investors with their ideas. Infact, we can extrapolate the lack of trust to other domains such as the lack of trust in government institutions and the insurance sector. So, to summarise, how did we get to this point where trust seems to be a such a rare commodity in our society and in so many different contexts?

    In the context of startups, we should undertand that The Turbine is not Andreessen Horowitz, that young Mauritians are largely not Stanford, MIT or Cambridge graduates whose education has prepared them to be the founders of innovative startups, and that the Mauritian startup scene is at ground zero. So perhaps applying verbatim the current rules of the startup scene in Europe and North America will not work in Mauritius where the environment is so different?

    A concrete example is the apparent reluctance of some potential entrepreneurs to reveal their ideas to The Turbine for their idea competition. Reputation strongly influences trust, but The Turbine has (as far as I am aware) no known prior reputation of working with startups, so why trust it to do this honestly and successfully? Let’s not forget the fact this is the first generation of young men and women who are being encouraged into entrepreneurship, so they are not aware of any successful examples of Mauritian startups successfully interacting with business angels and VCs – the Mauritian way of doing business has typically been based around family enterprises. The offer of an NDA by Turbine, even though I agree it would have been a token gesture, would certainly have helped to begin building trust between innovators and investors.

  2. Vincent Pollet

    29 octobre 2015 at 5:38

    Thank you Stephen for sharing your point of view.

    Well I don’t know why there is such a strong suspicion towards La Turbine, my idea was that in Mauritius people copy easily what are being done by others so this is why people are reluctant talking about their ideas.

    but maybe there is something much deeper than that …

    I don’t know but what is sure is that I don’t see La Turbine stealing people ideas like that, it will just kill the project and all the efforts they’ve made.

    So I will not have any problem sharing information with them. I guess the business idea competition is just to do marketing for the incubators and to get an overview of what kind of grey matter you have in Mauritius.

  3. Stephen Naicken

    30 octobre 2015 at 11:09

    My thought was that any suspicion of idea theft by La Turbine is actually suspicion of ENL, a large company that has the capital and capacity to implement any stolen ideas. Maybe it is more likely to be suspicion of someone at La Turbine implementing an idea or passing it on to an aquaintance?

    I too do not believe that La Turbine will engage in idea theft, it is irrational to think this. As you state, there is the damage to reputation of the project. In addition, shareholders of companies such as ENL are likely to be risk averse. They will welcome neither unwanted media coverage, nor the company engaging in product development where there is a high level of uncertainty and risk. The startup scene in Mauritius is nascent, so any untrustworthy behaviour by La Turbine would be disasterous.

    Hopefully any potential startup founders who have any concerns will be convinced by your blog post. Having been involved in a startup where the research behind it was published in academic research papers and a patent, I can confirm that there really is nothing to fear. If they need further convincing, then your reference to Google is an excellent choice. At the core of Google’s search engine was the PageRank algorithm – an algorithm that was published in academic research papers before Google was dominant in the search engine market.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

REJOINS-NOUS !

 
Pour ne rien manquer de l'actualité du secteur des TIC à Maurice et dans l'Océan Indien : les dernières news, des avis, des bons plans, les événements...

Tu recevras chaque semaine les meilleurs articles !