Tendances

Madagascar : l’École Supérieure des Technologies de l’Information a ouvert ses portes hier

École Supérieure des Technologies de l’Information
Image: College Dilemma

Pour répondre à la demande en ingénieurs informatiques, l’École Supérieure des Technologies de l’Information (ESTI) a ouvert ses portes, hier, mardi 13 décembre, à Antanimena. Cette école d’ingénierie en informatique du groupement des opérateurs en technologie de l’information et de la communication (Goticom) a pour but de former des techniciens de haut niveau, destinés à combler le manque d’ingénieurs informatiques qui sévit sur l’ile.

 

 

« Pour le développement du secteur TIC, il faut consolider la formation des jeunes. Les entreprises dépensent actuellement un budget considérable dans la formation du personnel. Ce sont les raisons pour lesquelles ce projet d’école reste une priorité pour le groupement » avait expliqué Jean-Luc Rajaona, ancien directeur.

Cette école ambitionne d’accueillir 500 étudiants chaque année, et de couronner 100 diplômés en licence et 100 diplômés en master à la sortie. À la suite d’une étude de faisabilité concluante, conduite en 2014, l’ESTI a finalement pu voir le jour avec l’appui de divers partenaires notamment l’Agence française de Développement, qui a accordé un financement de 2 millions d’euros.

 

École Supérieure des Technologies de l’Information

 

Lors d’une rencontre avec les médias à la CCIA à Analakely dans le cadre du lancement de l’école, le 6 décembre dernier, Jean-Luc Rajaona avait indiqué que « l’insuffisance de l’offre de travail, les salaires dans les métiers de l’informatique tendent à augmenter régulièrement. Actuellement, Madagascar est encore dans la moyenne, si l’on compare aux autres pays, mais si la tendance actuelle se poursuit, nous ne serons plus compétitifs dans l’offre de services liés aux TIC ».

 

GOTICOM

GOTICOM ou « Groupement des Opérateurs des Technologies de l’Information et de la Communication » est une association privée, créée en 2000 pour dynamiser le secteur des technologies de l’information et de la communication à Madagascar.

Le groupement a pour objectif

1- L’amélioration de l’infrastructure et de la réglementation

Grâce au dynamisme que connait le secteur des TIC à Madagascar, les lois qui régissent le secteur sont devenues obsolètes. Le GOTICOM travaille en partenariat avec les diverses institutions pour redéfinir les textes et les adapter aux besoins du développement du secteur

 

École Supérieure des Technologies de l’Information

 

2- L’amélioration de la qualité de la formation

Même si les ressources humaines existent à Madagascar, un gros travail reste à être abattu pour produire des techniciens de qualité. Dans cette optique, le Goticom travaille en étroite collaboration avec des centres de formation privés tels que le ERD ou encore le BIG pour l’adaptation de leur offre de formation.

3- La vulgarisation

Le renforcement des ressources humaines en TIC ne peut se faire sans un bon programme de vulgarisation, et sans susciter un intérêt de la part du public susceptible d’être formé.

4- La communication externe et interne

Depuis 2003, Le Goticom a conclu des partenariats avec des associations dans l’océan Indien notamment : l’ARTIC à la Réunion, la National Computer Board basée, à Maurice, et la chambre de commerce Inde-Maurice, afin de créer une synergie entre chaque pays de l’océan Indien et de renforcer l’offre régionale.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Madagascar : l’École Supéri...

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !