fbpx
Startups

Start-up coach : rencontre avec Aysha Julie

Ayesha-Julie

Aysha Julie est la toute nouvelle addition à l’équipe de Turbine en tant que Start-up coach. Aysha coache Jason Delorie et Eva Graham, les co-fondateurs de ConnectMe, ainsi que Jade Li, la fondatrice de Katapult. Rencontre avec cette jeune femme dont la mission est d’aider les start-uppeurs à lancer une entreprise viable et fructueuse.

 

 

Qui est la Start-up coach Aysha Julie ?

Je suis Aysha Julie, et je suis business coach chez Turbine.  Je suis aussi une femme entrepreneur à la tête de deux entreprises au Royaume-Uni.

 

Raconte-nous ton parcours entrepreneurial et ton expérience avec les entrepreneurs et start-ups

Mon parcours entrepreneurial a commencé dès l’enfance. Je jouais à la marchande avec mes sœurs et amies, leur vendant des choses dont ils n’avaient même pas besoin, ou qui leur appartenaient déjà ! Au collège, puis à l’université, je me faisais de l’argent de poche en organisant des évènements et des ateliers beauté. J’ai toujours su que je voudrais me mettre à mon propre compte et je n’aimais pas du tout l’idée de devoir travailler pour quelqu’un d’autre, pour un maigre salaire et très peu de récompenses. Mes premiers emplois étaient pour des petites agences de relation publique, dirigées par le fondateur et comportant une petite équipe. Cela m’a permis de voir comment diriger une entreprise et combien je pouvais gagner en ayant les bons clients. Ainsi, à l’âge de 22 ans, j’ai monté ma propre entreprise de relations publiques et d’attachés de presse pour célébrités avec une amie/collègue.

 

Comment cela s’est-il passé ?

Nous avons réussi à obtenir un bon nombre de clients, et nous avons loué un tout petit bureau sur Harley Street, à Londres. Mais même si cela fonctionnait bien au début, nos visions d’entreprise commençaient à diverger, et il y avait une certaine disparité dans le nombre d’heures qu’on estimait devoir consacrer au travail. Je travaillais de très longues heures, mais ma partenaire venait travaillait seulement quand l’envie l’en prenait. Cela a rapidement créé des problèmes de communication, et elle a décidé qu’elle méritait plus de parts que moi car elle avait réussi à obtenir un nouveau client. C’est à ce moment-là que je me lui ai dit « ça ne fonctionnera pas, rachète mes parts », ce qu’elle a fait. C’était suffisant pour que je puisse acheter quelques billets d’avions et prendre le temps de voyager.

 

Et ensuite ?

Ensuite j’ai commencé à travailler pour le NHS (National Health Service in the UK), travaillant avec des jeunes, en créant un service de santé sur mesure pour eux – axé sur l’humain. On a pu créer un excellent produit, qui a été acclamé en exemple national de bonne pratique et d’innovation. J’ai donné des conférences et prodigué des conseils sur les moyens de mettre ce projet à l’échelle dans d’autres secteurs. J’ai par la suite quitté le job pour devenir consultante, afin d’apporter mon expertise dans le secteur public et les ONG. Mon but était de les aider à développer des services et des campagnes, basés sur les besoins de leurs utilisateurs. Je devais aussi les aider à être plus efficaces et mieux communiquer avec leur audience.

 

Comment est-ce que tu concilies vie professionnelle et vie privée ?

En 2007, j’ai donné naissance à mon premier enfant, alors que j’étais consultante à mon propre compte. C’était une des choses les plus difficiles à propos de l’entrepreneuriat, mais aussi une des plus gratifiantes. J’ai repris le travail quand ma fille avait tout juste 3 mois, mais c’était uniquement une fois par semaine. Cela m’offrait une certaine flexibilité pour continuer de travailler et faire ce que j’aimais, tout en passant du temps avec mon bébé. Puis un jour, avec mon époux, nous avons décidé de monter une entreprise sociale, qui prodiguerait des soins de santé et bien-être aux jeunes qui sont délaissés par les services mainstream. Aujourd’hui, notre entreprise est toujours opérationnelle et nous avons pu travailler avec plus de 4500 jeunes.

 

Comment est-ce que tu aides les jeunes start-ups/entrepreneurs de Turbine et ailleurs ?

Déjà en tant que coach et entrepreneur expérimentée, possédant une certaine expertise dans une grande variété de secteurs. J’aime aider les entrepreneurs à exploiter leurs idées et les façons de développer celles-ci. Ayant moi-même connu des hauts et des bas et surmonté des défis en tant qu’entrepreneur, je pense pouvoir les soutenir. J’ai beaucoup appris de mes succès et de mes erreurs au cours de ma carrière. Et puis, même si Maurice est une petite île, il y a tellement de potentiel pour aider les entrepreneurs. On pourrait les amener à développer une entreprise innovante et évolutive, qui aurait un impact positif sur l’économie du pays, mais aussi en région africaine, voire mondiale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !