fbpx
Tendances

Diaspora : les raisons pour lesquelles les expatriés Mauriciens devraient rentrer au pays

Nous avons récemment consacré un article à la fuite des cerveaux touchant massivement le pays. Dans un souci d’optimisme, suite à l’article, nous avons voulu analyser les différentes raisons pour lesquelles un Mauricien expatrié aurait intérêt à rentrer à Maurice.

 

 

Avoir un impact positif sur l’avenir de l’île Maurice

Soyons franc, choisir de revenir ce n’est pas le choix de la facilité, mais plutôt le choix d’avoir un impact sur l’avenir du pays. Certaines personnes n’auront pas les mêmes opportunités parce qu’elles travaillent dans un secteur qui n’existe pas ici. Cependant, il y a la possibilité de se réinventer et de se lancer dans l’entrepreneuriat.

Maurice a ses défauts, des défauts qui sont propres aux pays en voie de développement, mais le pays possède surtout des qualités inégalées, insuffisamment mises en lumière.

 

Entrepreneuriat : dans une dynamique positive

Un écosystème autour des start-ups se met en place. Les espaces de co-working poussent aux quatre coins de l’ile. Ces espaces de co-working permettent aux entrepreneurs d’avoir un bureau à un prix compétitif dans un cadre convivial. On peut notamment citer :

Les « coffee shops » comme Le Café de la Presse à Port-Louis, Chelsea’s à Curepipe et Vida e Caffé à Bagatelle, sont très prisés par les freelancers, consultants et entrepreneurs.

Incubator

N’oublions pas les incubateurs, mis en place par des institutions du secteur privé, tels que La Turbine (ENL Group) et Elev8 (Barclays Group). S’ajoute le National Incubator Scheme, une initiative gouvernementale à travers la MRC (Mauritius Research Council).

 

Propulsés par Dodoworkplay, les événements de networking montent en puissance. Ces initiatives positives engendrent d’autres initiatives similaires. Par exemple, très récemment, Le Suffren a organisé un événement de networking intitulé « Les After Works at On the Rocks ». Une chose est certaine, nous pouvons nous féliciter de l’émergence d’autres médias en ligne au service des Mauriciens.

Comme l’a mentionné l’équipe de Lepoint.mu sur son blog, nous assistons actuellement à un « média-boom ». « En l’espace d’une semaine, cinq produits ont émergé soit le journal Bonzour, GNews, Le Mémento, NRJ Maurice. » (Source : Lepoint.mu)

 

Des initiatives du gouvernement pour favoriser l’entrepreneuriat

Le ministre des Affaires, Sunil Bholah, a récemment présenté un plan directeur pour les dix prochaines années, destiné à augmenter la contribution des PME au Product Intérieur Brut national. À ce jour (Source : Statistics Mauritius), les PME contribuent à hauteur de 40 % au PIB national et elles emploient 64 % de la population active.

Le ministre a expliqué qu’il y aura la mise en place d’une succession de Quick Wins exécutée sur une période de deux ans pour favoriser l’entrepreneuriat. Ce plan directeur a bien cerné les challenges auxquels font face les PME, notamment, une structure d’aide et d’accompagnement pour le développement des entreprises et un accès au financement avec des instruments financiers tels que les Business Angels et le Crowdfunding. (Source : L’Express)

De plus, le gouvernement a mis en place une série de mesures fiscales à travers le « Mauritian Diaspora Scheme » pour encourager la diaspora mauricienne à revenir au pays.

 

 

Une économie en croissance malgré le contexte international difficile

Depuis 2009, Maurice connait en moyenne une croissance annuelle de 3,5 % de son PIB malgré une conjoncture économique difficile à l’international. Dans le dernier rapport du FMI, « A Shifting Global Economic Landscape », publié en janvier 2017, les économistes font état d’un taux de croissance mondial de 3,4 % pour cette année. De leur côté, les pays développés connaitront en moyenne une croissance de 1,9 %. Le FMI prévoit une croissance de 2,3 % aux États-Unis, et un taux de 1,6 % pour la zone euro. La croissance viendra des pays en voie de développement dont fait partie Maurice, avec un taux de croissance de 4,5 % pour cette année.
Le secteur touristique affiche aussi une bonne mine. Le dernier rapport publié par Statistics Mauritius pour les arrivées touristiques sur la période janvier-février 2017, fait état de 229,411 touristes ayant foulé le sol mauricien, soit une augmentation de 6 % par rapport à la même période l’année dernière.

 

 

Avec l’arrivée croissante de touristes sur le sol mauricien, il y a un besoin de fournir des services et des produits locaux à cette clientèle exigeante qui veut une expérience inégalée en termes de service clientèle. En même temps, de plus en plus de touristes veulent découvrir toutes les facettes de cette Ile Maurice, comme les tabagies, les snacks, le séga, la misik lokal…tout ce qui constitue notre culture mauricienne. Pour résumer, s’il y a la une vraie demande et des opportunités, il faut pouvoir fournir une offre adaptée !

 

La confiance des entrepreneurs et l’engagement des employés

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice (MCCI) a publié en janvier dernier le dernier rapport concernant l’indice de confiance des entrepreneurs pour le dernier trimestre 2016. Ce rapport indique qu’il y a une « amélioration du niveau de confiance des entrepreneurs pour le quatrième trimestre de 2016… l’économie mauricienne a connu une évolution positive, mais modérée au cours des derniers trois mois. » (Source : MCCI).

 

 

De plus, la population active est globalement satisfaite de ses conditions d’emploi. C’est ce que révèle la dernière analyse de satisfaction réalisée par TNS Analysis. seulement 3 % des Mauriciens interrogés se déclarent insatisfaits pour 50 % de très satisfaits (Source : Nathalie Job, Directrice de Kantar TNS (Indian Ocean) & AIM (Analysis Institute of Management).

L’avenir de Maurice passe par l’entrepreneuriat. Il y a une nouvelle génération d’entrepreneurs qui a envie de se faire une place dans des secteurs dominés par des conglomérats historiques. Avec la globalisation, nous assistons à un phénomène qui devient de plus en plus banal : les David contemporains possèdent de plus en plus d’outils à leur disposition pour rivaliser avec les Goliath.

 

Oser est le maître mot

Heureusement, à Maurice, une vague de changement s’opère en ce sens. Parmi les exemples frappants, citons CareerHub qui n’existait pas il y a 5 ans de cela. Cette jeune entreprise a su trouver sa place sur le marché avec une différentiation claire, en misant sur les jeunes, l’innovation et la technologie. Le weekend du premier avril, CareerHub avait d’ailleurs organisé un « job fair » gigantesque avec 1 500 emplois à pourvoir auprès des jeunes.

 

 

Les entrepreneurs, les PME, les conglomérats, les institutions gouvernementales et les investisseurs… Tous les « stakeholders » de cet écosystème se mobilisent pour se positionner sur ces opportunités qui émergent au sein de l’économie mauricienne.

Comme l’a dit Barack Obama, « Le changement ne viendra pas si nous attendons une autre personne ou à un autre moment. Nous sommes ceux que nous avons attendus. Nous sommes le changement que nous cherchons. »

Alors… À nous de jouer !

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !