fbpx
Tendances

Impact environnemental du numérique : le véritable prix écologique

internet écologie

Un accès à internet omniprésent, rapide et bon marché, combiné à une gamme apparemment infinie de périphériques compatibles : le web engloutit des quantités considérables d’énergie. Les centres de données, ces bâtiments qui abritent des milliers de serveurs à travers le monde, stockent vos mails et pièces jointes ainsi que vos vidéos de chatons préférées sur YouTube. Saviez-vous que ces données coûtent de plus en plus cher à notre planète ?

 

 

Véritable pilier de l’économie mondiale et système social à part entière, le web, même s’il est invisible, engloutit concrètement une grande quantité d’énergie. Pour ranger nos données, les partager ou les protéger, nous avons recours à un gigantesque « cloud » de mémoire informatique auquel nous pouvons accéder depuis n’importe où. Ainsi, ce cloud n’est pas dénué d’impact sur l’environnement. Plus Internet fait partie de notre vie, plus cet impact est grandissant. Ne serait-il pas temps de pousser les acteurs du numérique à se convertir aux énergies renouvelables ?

 

 

Alimenter notre monde digital coûte cher

Vous êtes-vous déjà demandé où étaient stockés les films que vous regardez en streaming sur Netflix ? Probablement sur un serveur privé. Or, ce serveur doit être constamment opérationnel 24/7, 365 jours par an, donc être alimenté en électricité.

Selon les estimations récentes de l’Ademe, l’Agence de l’Environnement et la Maîtrise de l’Energie, l’envoi d’un mail avec pièce jointe équivaut à la consommation d’une ampoule pendant une heure, soit environ 24 watts, et 5 watts pour un mail sans pièce jointe. On évalue le nombre de mails envoyés chaque année à plus de 500 milliards à travers le monde, spams y compris. Par ailleurs, une recherche effectuée sur Google a un coût énergétique d’environ 0.0003 kWh. Ainsi, toutes les recherches confondues équivalent à 990 000 kWh. Cela, c’est sans oublier que Google reçoit quelque 500 millions de recherches inédites par jour, faisant du moteur un énorme consommateur d’énergie (… continuerez-vous à chercher comment s’inscrire à Poudlard ?).

internet

Les acteurs internationaux du cloud computing et de l’hébergement selon le rapport Clicking Clean 2017

Une industrie énergivore

Les entreprises informatiques doivent jouer un rôle afin que nous passions à une économie renouvelable. Nous pourrons ainsi réduire significativement les émissions des gaz à effet de serre. Malgré des améliorations de l’efficacité énergétique de nos appareils et du fonctionnement des centres de données, notre appétit énergétique lié aux technologies de l’information se développe (trop) rapidement. Greenpeace a émis un rapport sur la comptabilisation de l’énergie nécessaire à la fabrication de nos appareils et à l’alimentation de l’Internet nécessaire pour gérer notre monde connecté. Nous apprenons ainsi que le secteur des IT consommait déjà plus de 7 % de la demande mondiale d’électricité en 2012, avec une augmentation jusqu’à 12 % en 2017. Ces chiffres devraient augmenter de 7 % par an jusqu’en 2030, soit le double du taux moyen de croissance de l’électricité à l’échelle mondiale.

internet

Composantes principales de la consommation d’électricité pour le secteur informatique

Utiliser internet à bon escient !

Pour agir en faveur d’un Internet plus respectueux de la planète, il est important d’adapter aussi notre comportement : regarder un film en basse définition permet par exemple de consommer quatre à dix fois moins d’énergie qu’un visionnage du même fichier en haute qualité graphique. Puisque tous les gestes comptent, évitons également d’envoyer des mails avec de trop grosses pièces jointes et pensons à vider régulièrement la corbeille, les emails envoyés et de manière générale tout stockage inutile ou en double dans des centres de données. Quant aux mails publicitaires que nous ne lisons jamais, n’hésitons pas à nous désinscrire sans plus tarder.

 

 

Petite lueur d’espoir à l’horizon !

Aujourd’hui, nous assistons à une mobilisation croissante des leaders du secteur en faveur des énergies renouvelables. Les géants du net, Facebook, Apple et Google, sont les premiers à s’être engagés, il y a quatre ans, dans la course pour un Internet alimenté à 100 % par les énergies renouvelables. Aujourd’hui, ce sont plus de 20 entreprises qui ont rejoint le mouvement.

 

 

Ne vous y méprenez pas, l’industrie high-tech est partie pour connaître une forte croissance dans les années à venir. Cette croissance sera synonyme d’augmentation de la consommation de données, redoublant l’impact numérique sur notre environnement. L’objectif des entreprises informatique est d’optimiser la compression des données. En effet, si les données partagées, qu’il s’agisse de photos, de vidéos ou de texte, pèsent moins lourd, les besoins de stockage seront réduits, faisant des entreprises du web de plus en plus écolos !

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !