fbpx
Tendances

Intelligence artificielle : 46% des PDG africains vont lancer des projets d’ici 2022

Intelligence artificielle et Blockchain à l’île Maurice

D’ici 2022, un grand nombre d’entreprises africaines comptent lancer des projets d’intelligence artificielle (IA). C’est du moins ce qui ressort de la 7e édition du rapport Africa Business Agenda du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC). Le rapport a été publié ce jeudi en marge de l’édition africaine du Forum économique mondial (WEF).

 

 

Une émergence d’opportunités sur le continent africain

Chaque année, le cabinet PwC effectue un sondage réalisé auprès d’un échantillon représentatif de chefs d’entreprises à travers le Continent africain. Le rapport de l’Africa Business Agenda a pour objectif d’évaluer leur approche quant à l’avenir économique à court et moyen terme. Toutefois, cette nouvelle édition est plutôt pessimiste quant aux perspectives de croissance mondiale. En Afrique, malgré de nombreuses incertitudes économiques et politiques, les patrons espèrent voir une émergence d’opportunités.

 

Les développements apportés par l’Intelligence Artificielle

De nombreux chefs d’entreprises prévoient ainsi de mettre en œuvre de nombreux projets. Pour cela, ils s’appuieront sur les développements liés à l’intelligence artificielle. En effet, une portion considérable de patrons d’entreprises du Continent prévoit de lancer des projets au cours des trois prochaines années.

 

Près de la moitié des PDG africains lanceront des projets

Selon les auteurs du rapport de PwC, « la plupart des PDG en Afrique adoptent une approche attentiste à l’égard de l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) dans le milieu du travail ». D’ailleurs, il ressort que 35 % (23 % au niveau mondial) des PDG n’ont aucun plan en place pour mener dès maintenant des initiatives dans l’IA. Néanmoins, ils sont 46 % (35 % au niveau mondial) à prévoir de lancer des projets d’IA au cours des trois prochaines années. Des chiffres plutôt optimistes pour cette région.

 

Une reconversion des RH envisagée

L’intelligence artificielle enregistre déjà un grand nombre de développements dans le monde. Ainsi, les PDG africains comptent bien implémenter cette technologie sur le continent. Dans le sondage de PwC, il ressort qu’il faudrait inciter à « reconvertir les travailleurs dont les emplois sont automatisés par l’IA ». La migration des entreprises vers l’IA ne serait donc qu’une question de temps, plus précisément 3 ans, si on en croit le rapport publié dans le cadre de l’édition africaine du Forum économique mondial (WEF).

 

Des solutions de gestion basées sur l’IA

Certains PDG comme Rebecca Enonchong tentent de tirer parti de l’opportunité que représente l’IA pour le business en Afrique. La patronne d’AppsTech prépare activement le lancement d’une plateforme de solutions de gestion basée sur l’intelligence artificielle. Cette dernière sera destinée à des entreprises et administrations en Afrique.

 

Une technologie qui crée autant de défis que d’opportunités

Une chose est certaine, l’IA a de l’avenir en région africaine. En effet, d’ici 2020, 600 millions d’Africains utiliseront un smartphone connecté. Cela représente le double des 336 millions de 2016. De plus, en 2018, on annonçait que l’IA était la clé de changements profonds en Afrique. En effet, cette technologie crée autant d’opportunités que de défis. Effectivement, il y a un peu moins d’un an, l’Intelligence artificielle (IA) en Afrique a été au cœur des débats lors des Assises de la transformation digitale en Afrique (ATDA). Il était déjà suggéré que l’IA devrait être réellement implantée d’ici 3-4 ans en Afrique.

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !