Web

Les réseaux sociaux à La Réunion : usages et tendances

Les réseaux sociaux à La Réunion : usages et tendances

Facebook, Snapchat, LinkedIn, Twitter, Instagram…. Si vous n’êtes sur aucun de ces réseaux, alors vous faites partie du tiers de Français encore réticents (ou pas en âge) à se lancer. Dans cet article, je vous propose un focus sur les usages et tendances à La Réunion. Le département français n’est effectivement pas épargné par le phénomène, même si des différences avec les îles aux alentours sont à noter.

 

 

Des Réunionnais de plus en plus connectés

Comme d’habitude, certains chiffres sont faciles à collecter via les outils publicitaires des réseaux, mais pour d’autres, il est compliqué de se faire une idée. La principale raison est que La Réunion est tantôt considérée comme un pays, tantôt comme une région française… souvent trop petite pour être réellement identifiée. Ce constat peut être également appliqué à Maurice et à d’autres « petits » territoires. Toujours est-il qu’avec les chiffres à disposition, on peut tirer quelques conclusions intéressantes.

Avec environ 500 000 inscrits (sur 850 000 habitants), Facebook est de très loin le premier réseau à La Réunion. Il touche toutes les tranches de la population, de 13 ans à (beaucoup) plus.

Plus tendance, Instagram remonte à fond dans son utilisation et 170 000 Réunionnais l’utilisent régulièrement.

 

Les réseaux sociaux à La Réunion : usages et tendances

 

LinkedIn, avec près de 100 000 professionnels inscrits sur l’île, a définitivement supplanté Viadéo (le concurrent français du secteur qui dévisse), comme le réseau social pro numéro 1.

Bien que n’ayant pas de chiffres sur l’utilisation de Snapchat à La Réunion, force est de constater qu’il est très largement adopté par les plus jeunes (13-25 ans). Il offre une alternative plus dynamique et plus privée à Facebook pour ce public.

Enfin, Twitter a toujours eu du mal à s’implanter sur l’île intense, mais reste bien utilisé dans les sphères technophiles, journalistiques ou encore politiques.

Les entreprises les investissent

Au début réticentes, les entreprises « péi » ont finalement largement investi les réseaux. Du moins, surtout Facebook.

Il y a quelques années, la question était « faut-il avoir une page Facebook pour une entreprise ? ». Aujourd’hui, c’est plutôt « Comment faire pour en avoir une efficace ? ».

Les marques réunionnaises ont bien compris l’importance d’être présentes sur les réseaux sociaux. Les exemples ne manquent pas, que ça soit au niveau des marques qui recherchent de la notoriété ou des entreprises qui travaillent l’acquisition de prospects qualifiés.

Des enjeux importants pour les entreprises

Il reste encore beaucoup d’efforts à faire à mon sens. Il y a 3 grands enjeux pour les entreprises à La Réunion que j’identifie.

Le premier est technologique. Par exemple, l’utilisation de chatbots pour créer des conversations et booster la conversion. Encore balbutiant ici, ces fonctionnalités peuvent réellement doper l’engagement, si évidemment elles sont correctement implémentées.

Le deuxième est graphique. L’utilisation de contenus visuels impactants et novateurs est la clé d’une communication réussie. Photos 360, vidéos (avec du motion design), GIF, Facebook live… Autant de formats que les utilisateurs apprécient, mais qui demandent des compétences spécifiques.

 

Les réseaux sociaux à La Réunion : usages et tendances

 

Le troisième est stratégique. Animer une page Facebook ou un compte Instagram demande des stratégies éditoriales spécifiques. Les utilisateurs des réseaux doivent percevoir que les messages qu’ils voient ont été pensés pour la plateforme. Codes de langage, styles d’écritures, types de messages : il faut bien différencier les réseaux pour favoriser l’engagement réel et renforcer le lien entre les marques et leurs communautés.

La Réunion est donc clairement une terre de réseaux sociaux. Les Réunionnais y sont actifs et les marques le savent. De quelques freelances et agences en 2011, nous sommes passés à des dizaines de professionnels pouvant accompagner les marques dans la bonne utilisation de ces plateformes. La multiplication des fonctionnalités et le niveau d’exigence des contenus ont entraîné une augmentation du niveau de compétences et des spécialisations (stratégie digitale, community management, contenus, publicité…). Le tout pour les entreprises est de trouver le bon partenaire qui l’aidera à atteindre ses objectifs de la manière la plus adaptée.

 

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top