Startups

Madagascar : la micro-assurance par la startup Sam’Salama

Madagascar : la micro-assurance par la startup Sam’Salama

Ces jeunes femmes n’ont pas froid aux yeux. En effet, Aina Andremanisa et Fanilo Randrianarizay, ont décidé d’aider leurs concitoyens malgaches. Leur Startup Sam’Salama, cofondée en septembre 2017, évolue dans le domaine de l’assurance santé…

 

 

Madagascar est une île qui regorge de mille richesses, mais qui, hélas, reste très pauvre par le manque de développement et d’infrastructures adéquates. La santé fait partie des secteurs qui ont besoin de développement sur la Grande île. Les services de santé payants, beaucoup de Malgaches ne peuvent vraiment y accéder faute d’une couverture d’assurance adaptée. C’est là que la startup Sam’Salama rentre en jeu !

Pallier à l’exclusion des personnes sans couverture santé adéquate, c’est la mission de cette startup cofondée par Aina Andremanisa et Fanilo Randrianarizay. « Sam’Salama vise à fournir une solution de protection sociale aux travailleurs indépendants et plus largement à toute personne aujourd’hui exclue du système traditionnel de l’assurance. Les maîtres mots du projet sont la simplicité, l’accessibilité et l’adaptabilité », explique Aina Andremanisa.

Si vous avez du mal à comprendre de quelle manière cette startup peut vous aider, nous vous expliquons tout ! Comme avec le plan santé, Sam’Salama permet à ses adhérents de choisir le plan qui leur convient. Plusieurs formules et niveaux de garanties sont proposés, pour correspondre à vos besoins et de votre capacité financière. Ainsi, du côté des tarifs, la fourchette va de 0,40 euro jusqu’à 2,50 euros par personne et par mois. Sam’Salama donne la possibilité de régler votre cotisation via paiement mobile. Par ailleurs, la startup bénéficiant des partenariats avec les établissements de santé, les adhérents n’ont pas à avancer leurs frais de santé, qui sont réglés par Sam’Salama.

 

Madagascar : la micro-assurance par la startup Sam’Salama

 

Deux jeunes femmes qui font la paire !

Le secteur de la micro-assurance est depuis quelques années en plein essor dans les pays africains. Il est toutefois assez risqué de faire naître une startup au sein d’un marché économique instable. Quoi qu’il en soit, ces deux jeunes femmes ont fait le pari fou de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, qui plus est dans ce secteur d’activité.

Aina Andremanisa est experte en santé. Âgée de 25 ans et originaire de Madagascar, elle est détentrice d’une licence en sciences politiques, d’une maîtrise en développement international à Sciences Po Paris obtenue en 2015, et d’une maîtrise spécialisée en santé publique, passée à l’école Pasteur-CNAM, en 2016.

Vous l’aurez donc compris, Fanilo Randrianarizay, son associée, est experte en assurance. À 27 ans, cette dernière est actuaire en assurance et s’occupe notamment de l’analyse des risques. Se sentant concernées « par la situation de la santé de la population malgache, et plus globalement de la population africaine », le duo souhaite apporter sa « contribution à la résolution de ces écarts de prise en charge ».

Une startup née en 54 heures !

Les Startups Weekends sont désormais connus à travers le monde. Les îles de l’océan Indien, Madagascar, Réunion et Maurice n’échappent pas à la règle. Néanmoins le concept de Sam’Salama n’a pas vu le jour à Madagascar, mais à Paris ! En effet, c’est dans la capitale française que les deux jeunes femmes ont assemblé leurs idées et visions pour la Grande île et l’Afrique en général. C’est plus tard, en 2017 que Sam’Salama a véritablement pris forme, au cours d’un week-end marathon de 54 heures. L’évènement était alors organisé par l’association de promotion de l’entrepreneuriat « Juniors pour Madagascar », avec le soutien de l’accélérateur américain TechStars et de Google for Entrepreneurs.

 

Ces jeunes femmes n’ont pas froid aux yeux. En effet, Aina Andremanisa et Fanilo Randrianarizay, ont décidé d’aider leurs concitoyens malgaches. Leur Startup Sam’Salama, cofondée en septembre 2017, évolue dans le domaine de l’assurance santé… Madagascar est une île qui regorge de mille richesses, mais qui, hélas, reste très pauvre par le manque de développement et d’infrastructures adéquates. La santé fait partie des secteurs qui ont besoin de développement sur la Grande île. Les services de santé payants, beaucoup de Malgaches ne peuvent vraiment y accéder faute d’une couverture d’assurance adaptée. C’est là que la startup Sam’Salama rentre en jeu ! Pallier à l’exclusion des personnes sans couverture santé adéquate, c’est la mission de cette startup cofondée par Aina Andremanisa et Fanilo Randrianarizay. « Sam'Salama vise à fournir une solution de protection sociale aux travailleurs indépendants et plus largement à toute personne aujourd’hui exclue du système traditionnel de l’assurance. Les maîtres mots du projet sont la simplicité, l’accessibilité et l’adaptabilité », explique Aina Andremanisa. Si vous avez du mal à comprendre de quelle manière cette startup peut vous aider, nous vous expliquons tout ! Comme avec le plan santé, Sam'Salama permet à ses adhérents de choisir le plan qui leur convient. Plusieurs formules et niveaux de garanties sont proposés, pour correspondre à vos besoins et de votre capacité financière. Ainsi, du côté des tarifs, la fourchette va de 0,40 euro jusqu’à 2,50 euros par personne et par mois. Sam'Salama donne la possibilité de régler votre cotisation via paiement mobile. Par ailleurs, la startup bénéficiant des partenariats avec les établissements de santé, les adhérents n’ont pas à avancer leurs frais de santé, qui sont réglés par Sam’Salama. Deux jeunes femmes qui font la paire ! Le secteur de la micro-assurance est depuis quelques années en plein essor dans les pays africains. Il est toutefois assez risqué de faire naître une startup au sein d’un marché économique instable. Quoi qu’il en soit, ces deux jeunes femmes ont fait le pari fou de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, qui plus est dans ce secteur d’activité. Aina Andremanisa est experte en santé. gée de 25 ans et originaire de Madagascar, elle est détentrice d’une licence en sciences politiques, d’une maîtrise en développement international à Sciences Po Paris obtenue en 2015, et d’une maîtrise spécialisée en santé publique, passée à l’école Pasteur-CNAM, en 2016. Vous l’aurez donc compris, Fanilo Randrianarizay, son associée, est experte en assurance. À 27 ans, cette dernière est actuaire en assurance et s’occupe notamment de l’analyse des risques. Se sentant concernées « par la situation de la santé de la population malgache, et plus globalement de la population africaine », le duo souhaite apporter sa « contribution à la résolution de ces écarts de prise en charge ». Une startup née en 54 heures ! Les Startups Weekends sont désormais connus à travers le monde. Les îles de l’océan Indien, Madagascar, Réunion et Maurice n’échappent pas à la règle. Néanmoins le concept de Sam’Salama n’a pas vu le jour à Madagascar, mais à Paris ! En effet, c’est dans la capitale française que les deux jeunes femmes ont assemblé leurs idées et visions pour la Grande île et l’Afrique en général. C’est plus tard, en 2017 que Sam'Salama a véritablement pris forme, au cours d’un week-end marathon de 54 heures. L’évènement était alors organisé par l’association de promotion de l’entrepreneuriat « Juniors pour Madagascar », avec le soutien de l’accélérateur américain TechStars et de Google for Entrepreneurs. « L’idée de ce concours destiné aux jeunes créateurs d’entreprise était de monter sa start-up en un week-end. Nous sommes donc arrivées un vendredi soir, sans nous connaître. En une soirée, nous avions décidé de faire équipe et commencé à esquisser notre projet, qui nous a valu, à la fin du week-end, de remporter la deuxième place du concours », raconte Aina Andremanisa. Aujoud’hui Sam’Salama est bel et bien une startup qui a beaucoup à offrir à la société malgache et cela pour les années à venir. Le lancement du projet pilote de la micro-assurance est prévu pour septembre 2018. Avec un tel concept, les deux jeunes femmes comptent toucher 5 000 bénéficiaires d’ici la fin de l’année.

 

« L’idée de ce concours destiné aux jeunes créateurs d’entreprise était de monter sa start-up en un week-end. Nous sommes donc arrivées un vendredi soir, sans nous connaître. En une soirée, nous avions décidé de faire équipe et commencé à esquisser notre projet, qui nous a valu, à la fin du week-end, de remporter la deuxième place du concours », raconte Aina Andremanisa.

Aujoud’hui Sam’Salama est bel et bien une startup qui a beaucoup à offrir à la société malgache et cela pour les années à venir. Le lancement du projet pilote de la micro-assurance est prévu pour septembre 2018. Avec un tel concept, les deux jeunes femmes comptent toucher 5 000 bénéficiaires d’ici la fin de l’année.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !