fbpx
Tendances

L’effet de Covid-19 sur l’éducation en Afrique et ses implications pour l’utilisation de la technologie

L'effet de Covid-19 sur l'éducation en Afrique

eLearning Africa a mené une enquête sur l’expérience et les opinions des éducateurs et des spécialistes de la technologie. Ce rapport et les résultats de l’enquête qui le sous-tendent fournissent un aperçu unique des perspectives des experts EdTech concernant l’impact de la pandémie Covid-19 sur l’éducation en Afrique. Il est basé sur les résultats d’une enquête du réseau eLearning Africa, qui a attiré environ 1650 réponses de répondants dans 52 pays d’Afrique.

15 Pays (29%) ont fourni 1217 (73%) des réponses. 52% des répondants sont directement impliqués dans le secteur de l’éducation et de 9% dans le secteur des TIC. 71% travaillent pour des organismes gouvernementaux ou à but non lucratif, et 21% pour des entreprises à but lucratif. 40% sont des enseignants / chargés de cours / professeurs, et 13% sont des spécialistes des TIC / EdTech ou des entrepreneurs. L’échantillon représente un groupe d’experts plutôt qu’un échantillon représentatif de la population, mais les résultats de l’enquête sont indubitablement significatifs.

Le rôle de la technologie dans l’avenir de l’éducation en Afrique

Depuis les premiers cas de Covid-19 en février 2020, la maladie s’est répandue sur tout le continent, l’Afrique du Sud étant le pays le plus touché au moment de la rédaction du rapport (311.000 cas le 15 juillet), suivie de l’Égypte. Les chiffres augmentent dans de nombreux pays. La plupart, cependant, ont rapidement réagi à la pandémie en fermant largement les écoles à un stade précoce. Bien que le virus soit reconnu comme un défi important pour leurs pays, et en particulier pour l’éducation, 50% des répondants pensent que la situation actuelle représente une opportunité significative voire très significative. Il est largement reconnu que la technologie jouera un rôle important dans l’avenir de l’éducation en Afrique, et le virus fournit un « réveil » pour s’attaquer sérieusement à cet avenir.

Ceux qui ont le plus besoin de soutien sont les moins susceptibles d’y accéder

Les secteurs de l’éducation en Afrique sont divers et leurs défis aussi. L’enseignement supérieur dispose de différents défis par rapport à l’école, tout comme du privé au public, en zone urbaine et rurale. Bien que les problèmes puissent différer d’un pays à l’autre, il existe un point commun important : l’ampleur des problèmes est différente selon les niveaux d’éducation. Seule une petite minorité (<20%) fréquente l’Université. Seule une minorité d’élèves termine l’école secondaire (<40%).

l'éducation en Afrique

C’est au niveau primaire que l’offre universelle est la plus proche (>80%). Les répondants à l’enquête estiment que c’est le niveau primaire qui est le moins en mesure de faire face à la perturbation de la scolarité. Les enfants du primaire, en général, ont peu d’expérience de l’étude en dehors de la salle de classe, ils sont peu susceptibles d’avoir des dispositions adéquates pour l’apprentissage à la maison ou l’accès à des appareils compatibles avec internet, et de nombreux parents n’auront pas la capacité de fournir un soutien suffisant à leur apprentissage. Ainsi, ceux qui ont le plus besoin de soutien sont les moins susceptibles d’y accéder. Et si un enfant abandonne l’école primaire, il est peu probable qu’il retourne à l’éducation à temps plein.

Un manque d’infrastructures indéniable

Les gouvernements de toute l’Afrique ont fermé les établissements d’enseignement tôt. Avec très peu d’avertissement, toute l’approche de l’éducation par l’enseignement en classe est devenue non viable, sans prévision d’une solution de remplacement. Ce problème a touché des gouvernements dans le monde entier, mais il a été particulièrement grave dans la plupart des pays africains où il existe une grande disparité dans l’offre pour les « élites » et pour les personnes les moins favorisées, principalement dans les zones rurales. Bien que de nombreux gouvernements aient rapidement lancé des programmes éducatifs à la télévision et à la radio, ils n’étaient accessibles qu’à ceux qui avaient accès à un poste de télévision ou de radio. De même, l’apprentissage en ligne n’était accessible qu’aux personnes ayant accès à internet. Alors que 59% des répondants étaient satisfaits de la réponse de leur gouvernement à la pandémie, 59% pensaient qu’ils ne tenaient pas suffisamment compte des opinions des enseignants en ce qui concerne l’éducation, et seulement 36% pensaient que les actions du gouvernement seraient efficaces pour maintenir le progrès de l’éducation, grâce à l’enseignement à distance.

L’apprentissage à distance : une évidence

Bien que la nécessité de l’apprentissage à distance ait été évidente dès le début de la pandémie, il était plus complexe d’atteindre efficacement les étudiants. Les universités ont été laissées à elles-mêmes et leurs réponses ont varié en fonction de leurs ressources et de leur ingéniosité. Aux niveaux primaire et secondaire, la priorité est souvent accordée à la poursuite des classes d’examen, c’est-à-dire aux classes qui obtiennent le certificat de fin d’études primaires et secondaires. Mais, pour la majorité, ni les élèves ni les enseignants n’avaient d’expérience préalable dans l’enseignement et l’apprentissage en dehors de la salle de classe. Les réponses des gouvernements ont varié : beaucoup ont fourni des programmes éducatifs à la télévision et à la radio, parfois en partenariat avec le secteur privé, mais tous n’étaient pas bien organisés. Certains pays ont entrepris des interventions efficaces, d’autres n’ont pas. Cela ne correspond pas toujours à leur richesse relative ou à leur pauvreté. Il est rapidement apparu que, pour la majorité des apprenants, les approches technologiques sophistiquées n’étaient pas toujours la solution.

Education à distance

Trois principaux obstacles pour les étudiants

Les répondants au sondage ont clairement souligné les trois principaux obstacles pour les étudiants en pleine fermeture de l’école : un manque d’accès à la technologie, un environnement d’apprentissage à domicile inadéquat et un manque d’accès au matériel d’apprentissage. Pour les enseignants, le principal obstacle était le manque de formation appropriée pour concevoir et gérer des programmes d’enseignement à distance. Cette situation a été aggravée par le manque d’infrastructure : électricité, connectivité, appareils ; et un manque de matériel d’apprentissage approprié : livres, télévision et Appareils Compatibles avec internet. Les résultats sont clairs : les élèves les plus pauvres et les plus dispersés géographiquement sont les plus à risque de manquer l’éducation s’il n’y a pas d’école conventionnelle à fréquenter. En plus de ces difficultés, les répondants ont noté que la plupart des enseignants étaient aussi mal préparés et mal équipés pour faire face à cette nouvelle situation que leurs élèves. De même, les parents étaient également mal équipés pour soutenir l’éducation de leurs enfants à la maison. Si certains gouvernements ont fourni une « sensibilisation » aux enseignants et aux parents, beaucoup ne l’ont pas fait. Et 83% des répondants pensaient que leur programme scolaire actuel ne se prêtait pas à la prestation à distance.

Fracture numérique

Covid-19 – de nouvelles opportunités pour les systèmes éducatifs ?

En dépit de tous ces défis, 50% des répondants pensaient que Covid-19 offrirait de « nouvelles opportunités pour les systèmes éducatifs », en particulier dans l’intégration de la technologie dans l’apprentissage. Certains répondants y ont vu une chance pour les gouvernements de transformer leurs paroles en actes et de faire évoluer les systèmes d’éducation en quelque chose qui convient au 21e siècle. Bien qu’il soit trop tôt pour dire ce qui a été appris de ces temps difficiles, il y a quelques thèmes communs – un besoin de bonne communication : entre les gouvernements et la population générale ; entre le gouvernement, les institutions et les enseignants ; entre les établissements, les enseignants, les parents et les élèves. La participation du secteur privé a été considérée comme un avantage considérable dans plusieurs cas, certains gouvernements travaillant avec des entreprises de télécommunications pour fournir un accès gratuit aux données des sites éducatifs. Cette combinaison, combinée à la diffusion de programmes éducatifs à la radio et à la télévision et à la distribution efficace de documents papier, semble avoir constitué une combinaison efficace. Des technologies spécifiques telles que WhatsApp, Zoom, Facebook et Moodle ont également été nommées comme étant utiles.

La fracture numérique dans l’éducation

Il reste cependant le risque que la crise actuelle ne creuse en fin de compte la fracture numérique dans l’éducation entre ceux qui ont accès aux technologies, voire à la télévision, et ceux qui n’en ont pas. Plusieurs répondants ont signalé les défis sociaux potentiels d’avoir une approche « à deux volets » de l’éducation : un pour ceux qui ont accès à la technologie, et un autre système moindre pour ceux qui n’ont pas. L’enquête a généré beaucoup d’idées et beaucoup de bons conseils. Ci-dessous huit constatations particulièrement remarquables concernant l’éducation dans la crise actuelle :

1. Il y a eu une fermeture généralisée des écoles en Afrique en réponse à la pandémie et 97% des répondants ont signalé des fermetures d’écoles dans leur pays, et 95% d’entre eux ont noté que toutes les écoles avaient été forcées de fermer. Cette décision a été jugée appropriée, puisque 92% des répondants ont déclaré que les fermetures étaient essentielles.

2. Le manque d’accès à la technologie est considéré comme le plus grand obstacle à l’apprentissage pendant la pandémie actuelle ainsi que les fermetures d’écoles. Les répondants estiment que les apprenants des communautés rurales sont les plus susceptibles d’être désavantagés en conséquence. La limitation la plus citée est le manque de disponibilité et d’accessibilité de la connectivité.

3. Les élèves de la petite enfance et du primaire sont considérés comme les plus susceptibles d’être désavantagés par la crise et les moins susceptibles d’avoir accès aux technologies nécessaires à l’apprentissage.

4. La télévision et la radio éducatives sont considérées comme les technologies les plus importantes pour soutenir l’apprentissage des élèves du primaire. Au niveau secondaire, l’apprentissage en ligne est considéré comme le plus important.

Le rapport complet est disponible sur le site officiel d’eLearning Africa.

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !