Web

Google Code-in : cinq Mauriciens dans le top 10

Google Code-in : cinq Mauriciens dans le top 10

Une fois de plus, les jeunes Mauriciens se sont distingués dans l’univers du coding. En effet, lors du Google Code-in de cette année, organisé sous la houlette de Cyberstorm.mu, cinq participants sont arrivés dans le top 10. Il s’agit notamment de Neel Gopaul, Bagha Chadaruth et Akshat Gupta (top 10 pour Drupal), Kishan Takoordyal (top 10 pour OpenWISP) et Nathan Sunil Mangar (top 10 pour Fedora).

 

 

Plus de 40 étudiants ont participé au Google Code-in

Cette année encore, Cyberstorm.mu a organisé le Google Code-in, concours annuel de programmation organisé par Google Inc. Pour rappel, il permet aux étudiants pré-universitaires d’exécuter des tâches spécifiées par diverses organisations partenaires open source. Ainsi, une quarantaine d’étudiants Mauriciens ont pris part à cette compétition, qui s’est déroulée dans l’enceinte du Collège du Saint Esprit. Lors de l’édition précédente, on comptait moins d’une quinzaine de Mauriciens parmi les participants.

 

Ces jeunes codeurs qui brillent sur la scène internationale

Cet engouement renouvelé pour le Google Code-in n’aura pas été vain. En effet, rien que dans le top 10 pour Drupal, on a pu retrouver trois jeunes talents, notamment Neel Gopaul, Bagha Chadaruth et Akshat Gupta. Par ailleurs, Kishan Takoordyal et Nathan Sunil Mangar se sont retrouvés dans le top 10 pour OpenWISP et Fedora respectivement. Afin d’assurer leur réussite lors du concours, les étudiants ont été encadrés par des membres de l’organisation Cyberstorm.mu. Ces derniers étaient d’ailleurs derrière l’organisation du hackathon Operation KSKroll.

 

Une 2e édition encore plus fructueuse que la première

L’an dernier, trois jeunes codeurs se démarquaient parmi les 1340 participants issus de 62 pays différents dont l’île Maurice. Pas moins de 17 organismes différents avaient préparé des tâches à accomplir par les participants. Parmi les trois finalistes, deux étudiants du Collège du Saint Esprit avaient opté pour la technologie Drupal. Il s’agit d’un Content Management System Open Source utilisé pour la création de sites internet qui fonctionne sur Linux. Et cette année, ce ne sont pas deux mais cinq Mauriciens qui se sont distingués dans cette catégorie.

Des compétiteurs de haut niveau

Ainsi, une fois de plus les jeunes talents mauriciens se sont manifestés sur la scène internationale. D’ailleurs, la compétition a été rude face à des participants venant de pays très avancés technologiquement. En effet, ce concours regroupe des codeurs venus de pays tels que les États-Unis, l’Europe, le Singapour, et la Corée du Sud parmi tant d’autres. Pour info, le Google Code-in s’est tenu du 23 octobre au 12 décembre 2018. Les grands gagnants seront annoncés le 7 janvier 2019.

 

Mohack 2018 : initier les jeunes à GitHub

À la fin du Google Code-in, Cyberstorm.mu a organisé un grand hackathon. Le « Mohack 2018 » a permis à des étudiants de cycle secondaire et tertiaire de se familiariser avec GitHub et les Projets Open Source. Ainsi, des livrets sur GitHub ont été distribués à tous les participants. Ces derniers ont également eu l’occasion d’apprendre comment se créer leur propre compte GitHub. Par ailleurs, Kifah Meeran a partagé son expérience en tant que mentor officiel de Google Code-in. Grand Prize winner de l’édition 2017, il a été le mentor pour l’organisation Drupal cette année.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top

Inscris-toi à la newsletter

pour recevoir chaque semaine l'actualité

de l'innovation et des startups dans l'Océan Indien !